Faurecia: un équipementier qui pourrait changer de visage.

le
0

(CercleFinance.com) - En baisse de 3% depuis le début de l'année, l'action de l'équipementier automobile Faurecia surperforme à peine le marché parisien, en retrait de l'ordre de 5% sur la période. Et pourtant, le titre ne manque pas d'atouts, notamment celui de changer de visage après la cession d'une importante activité à Plastic Omnium.

Pour l'heure, les ventes automobiles mensuelles, en nette hausse, inquiètent paradoxalement les investisseurs qui redoutent que le 'haut de cycle' ne s'approche, sinon ne soit dépassé. Et donc que les années qui viennent soient moins fastes que celles qu'on l'on vient de connaître, surtout en Europe.

En outre, les constructeurs sont pénalisés par les craintes entourant la 'voiture du futur' : sera-t-elle électrique ou thermique, et dans chacun des deux cas, quelle est la technologie qui l'emportera sur les autres ? Quid de la 'voiture autonome', qui pourrait réserver de plus belles perspectives aux groupes technologiques qu'aux constructeurs ? Bref, les sujet d'inquiétudes ne manquent pas.

Fournisseurs des constructeurs, les équipementiers ne sont cependant pas logés à la même enseigne. Les cessions, rachats et fusions-acquisitions se sont multipliées dans le secteur ces dernières années, réduisant la concurrence entre ses acteurs et rendant certains d'entre eux incontournables. Leur capacité de R&D, afin notamment de concevoir des systèmes réduisant la consommation de carburant ou les rejets de polluants, est devenue clé. Sans oublier les systèmes numériques d'aide à la conduite.

Bref, une partie croissante de la valeur ajoutée des voitures provient des équipementiers. Autant de facteurs qui renforcent leur capacité à déterminer leurs prix, ce qui conduit tendanciellement à la hausse des marges.

Faurecia, qui peut déjà se prévaloir d'une croissance organique respectable, a aussi assaini son bilan avec la cession de sa division Extérieurs à Plastic Omnium principalement. Ce qui pourra lui permettre de réaliser une belle acquisition, par exemple technologique, de nature à doper son dynamisme comme ses marges. Rares sont les groupes qui se trouvent dans ce cas de figure, même si le risque d'exécution existe.

Pour l'heure, malgré un bénéfice par action attendu en hausse de 19% en 2016 (soit plus que Valeo) avant 11% les deux années suivantes, l'action Faurecia ne se paie que 9,2 fois ses profits attendus en 2017. Contre 11 et 12 fois pour Plastic Omnium et Valeo.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant