Faurecia compte supprimer 3.000 emplois en Europe de l'Ouest

le
0
FAURECIA VISE UN CA DE 22 MILLIARDS D'EUROS EN 2016
FAURECIA VISE UN CA DE 22 MILLIARDS D'EUROS EN 2016

PARIS (Reuters) - Faurecia a annoncé lundi la suppression de 3.000 emplois en Europe occidentale d'ici la fin 2013 pour réduire ses coûts face à la dégradation de l'environnement automobile sur le continent, qui l'a aussi conduit à repousser des objectifs financiers.

L'équipementier, détenu à 57,4% par PSA Peugeot Citroën, aura supprimé 1.500 postes d'ici à la fin de cette année, sans que soient précisés les pays concernés par cet ajustement de l'outil industriel.

Un porte-parole du groupe a ajouté qu'un nombre équivalent d'emplois seraient supprimés en 2013.

Au total, la restructuration représentera environ 7% de l'effectif européen de Faurecia.

"Il faut maintenant attendre le processus d'information des représentants du personnel des pays concernés", a dit le porte-parole.

Faurecia, qui employait fin 2011 plus de 84.000 personnes dans le monde, dont environ 12.000 intérimaires, et plus de 43.000 personnes en Europe, avait annoncé cet été de nouvelles mesures de restructuration sur le continent, mais sans en chiffrer l'impact en termes d'emploi.

Les charges de restructuration, estimées jusqu'ici à 80-90 millions d'euros pour l'année en cours, atteindront 100 millions, contre 60 millions en 2011. Faurecia prévoit également 90 millions d'euros de charges supplémentaires en 2013, ce qui affectera sa trésorerie l'an prochain et l'année suivante.

"Le nouveau contexte européen impacte les objectifs financiers à moyen terme du groupe, la réduction significative des perspectives de production appelle un plan d'action supplémentaire", a indiqué Yann Delabrière, PDG de Faurecia, à l'occasion d'une réunion pour les investisseurs à Londres.

Faurecia, qui compte en France une quarantaine de sites de production et de recherche & développement, a également répété son intention d'accélérer son mouvement de délocalisation vers les pays à bas coûts d'Europe de l'Est : sept nouveaux sites de production y sont programmés entre 2012 et 2014 et plus de la moitié de l'effectif européen total y sera implanté à l'horizon 2016.

25 NOUVELLES USINES EN CHINE

La dégradation du marché européen, où le groupe attend désormais une stagnation de ses ventes entre 2011 et 2016, l'a conduit à retarder de deux ans son objectif d'une marge opérationnelle supérieure à 5%, désormais envisagé pour 2016.

A cet horizon, Faurecia compte réaliser un chiffre d'affaires de 22 milliards d'euros, grâce surtout aux marchés nord-américain et asiatiques où l'équipementier spécialisé dans les pots d'échappement, les sièges et les boucliers plastique mise sur l'expansion internationale de clients comme Nissan ou Hyundai-Kia.

Faurecia prévoit un bond de 65% sur cinq ans de ses ventes en Amérique du Nord et un quasi-triplement en Chine, où il compte ouvrir 25 nouvelles usines pour accompagner la demande.

En revanche, le poids des deux constructeurs automobiles français diminue. Fin septembre, PSA représentait 14,7% des ventes de Faurecia, contre 17% un an plus tôt, loin derrière Volkswagen (25,4% des ventes). Renault-Nissan, qui représentait 10,6% des ventes fin septembre contre 11,5% un an plus tôt, est passé en quatrième position derrière Ford (12,4%).

En contraignant notamment PSA et Renault à réduire leur production au quatrième trimestre, la dégradation du marché européen a alimenté en France de nouvelles craintes chez les équipementiers, notamment dans les sites dits "juste à temps" qui livrent quasiment en temps réel les usines d'assemblage des constructeurs.

Les syndicats de Faurecia s'inquiètent notamment des perspectives du site du groupe à Méru (Oise), qui emploie plus de 500 personnes, dont 200 intérimaires, dans les tableaux de bord et les habillages de portes. L'usine travaille surtout pour le site PSA de Poissy (Yvelines) et pour celui d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dont la fermeture est programmée pour 2014.

En Bourse, Faurecia a gagné lundi 2,61% à 11,77 euros, à comparer à une baisse de 0,26% pour l'indice des valeurs européennes de l'automobile.

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant