Farid Benyettou : "Salafiste et terroriste, ce n'est pas la même chose"

le
1
Farid Benyettou croqué lors du procès de la filière des Buttes-Chaumont en 2008.
Farid Benyettou croqué lors du procès de la filière des Buttes-Chaumont en 2008.

Le Point.fr : Vous vous présentez comme un repenti. Comment peut-on vous croire ?

Farid Benyettou : J'ai commis une erreur de jeunesse en étant favorable à l'envoi de jeunes combattre les Américains en Irak en 2004. Si c'était à refaire, je ne le referais pas.

Si les frères Kouachi ne vous avaient pas connu, ils seraient restés de petits délinquants. C'est vous qui les avez mis sur la voie du djihad armé, non ?

Quand j'ai rencontré Chérif Kouachi en 2003-2004, son projet de se rendre en Irak était déjà bien avancé. Il avait son billet d'avion et ses propres contacts sur place. Ma seule responsabilité, c'est de ne pas l'avoir dissuadé.

Alors que Kouachi vous avait accablé durant la procédure judiciaire relative à la filière djihadiste des Buttes-Chaumont, vous vous êtes revus en sortant de prison...

Chérif Kouachi a tenu des discours différents. Au procès, il a été moins accusateur envers moi. Nos chemins se sont séparés à la sortie. Je voyais de moins en moins Saïd et Chérif Kouachi. J'ai continué à approfondir mes connaissances de la religion. J'étais de plus en plus sollicité pour donner des cours. Ils étaient surtout intéressés par le combat. En particulier Chérif.

Vous êtes salafiste ?

Je suis le courant de l'orthodoxie musulmane. Être salafiste, ce n'est pas être terroriste. Il ne faut pas tout mélanger.

Vous portez à l'annulaire gauche la marque des guides "spirituels" salafistes,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le jeudi 15 jan 2015 à 18:54

    ah bon ?