Farc : le président colombien renforcé

le
0
Le numéro un des Farc, tué vendredi par l'armée, devrait être rapidement remplacé.

L'armée colombienne a infligé un sévère camouflet aux Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) en tuant, vendredi 4 novembre, leur numéro un, Alfonso Cano. Celui-ci avait remplacé Marulanda, le chef historique de la guérilla mort en mars 2008 d'une crise cardiaque après un demi-siècle de clandestinité.

Cette élimination est d'abord une excellente nouvelle pour Juan Manuel Santos, qui a succédé en août 2010 à la tête de l'État à Alvaro Uribe. Le président colombien a, depuis, largement infléchi la politique de sécurité de son prédécesseur, en réorientant la lutte contre la guérilla. Les Forces colombiennes se sont adaptées à la nouvelle stratégie des Farc qui privilégie l'organisation locale par petits groupes indépendants, communiquant peu entre eux. Juan Manuel Santos a également supprimé la semaine dernière le DAS, le service de renseignements dépendant directement du palais présidentiel et dont les pratiques peu orthodoxes ont condu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant