FAO et OCDE prédisent une stabilité des prix agricoles

le
0
    4 juillet (Reuters) - Les prix agricoles mondiaux devraient 
être stables au cours de la décennie à venir en raison 
essentiellement de gains de productivité qui devraient permettre 
de répondre à la hausse de la demande alimentaire elle-même en 
décélération, écrivent la FAO et l'OCDE dans un rapport publié 
lundi. 
    Dans leur rapport annuel conjoint sur les perspectives 
agricoles mondiales, l'Organisation des Nations unies pour 
l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation de 
coopération et de développement économiques (OCDE) jugent que 
"la croissance de l'offre et celle de la demande s'équilibrant 
globalement, les prix agricoles réels devraient se maintenir à 
un niveau relativement constant". 
    La croissance de la demande de produits alimentaires devrait 
ralentir car l'accroissement de la population mondiale ralentit 
lui-même, car l'augmentation des revenus se tasse dans les 
économies émergentes et car les consommateurs consacrent de 
moins en moins leurs surplus de revenus à des achats 
alimentaires. 
    "Il ressort des projections que la demande alimentaire 
supplémentaire sera satisfaite grâce à des gains de 
productivité, les superficies cultivées et les effectifs 
d'animaux ne changeant guère", écrivent les deux organisations. 
    Elles estiment en conséquence que la proportion de la 
population mondiale souffrant de sous-alimentation passera de 
11% actuellement, soit près de 800 millions de personnes, à 8% 
en 2025, soit moins de 650 millions. 
    Pour la FAO et l'OCDE, "la récente période de prix élevés 
des produits agricoles de base est très probablement terminée". 
    Elles appellent néanmoins à "la vigilance, car la 
probabilité d'une forte fluctuation des prix reste importante". 
    "Les principaux facteurs qui expliquent cette tendance sont 
la forte croissance de l'offre plusieurs années durant, le 
fléchissement de la progression de la demande dû à la crise 
économique globale, la baisse des prix du pétrole et la 
poursuite de l'accumulation de stocks déjà abondants", 
écrivent-elles. 
 
 (Gus Trompiz; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant