Familles séparées : vers une reconnaissance de la «coparentalité»

le
0
Familles séparées : vers une reconnaissance de la «coparentalité»
Familles séparées : vers une reconnaissance de la «coparentalité»

Un groupe de travail chapeauté par les ministères de la Justice et de la Famille a rédigé un rapport sur la «coparentalité» dont les premières conclusions seront publiées dans les colonnes de La Croix ce mercredi. Il s'agit de mettre en place une «autorité parentale conjointe» en cas de séparation qui permettrait aux deux parents de prendre ensemble des décisions «importantes» susceptibles d'affecter l'avenir de leur enfant, les mettant ainsi sur un pied d'égalité.

Besoin de l'accord des deux parents avant un déménagement

«Il arrive souvent que le parent qui vit avec l'enfant prenne des décisions seul et en avise a posteriori l'autre parent qui est ainsi mis devant le fait accompli», estiment les auteurs du rapport. Selon eux, tout «acte important», c'est-à-dire «qui rompt avec le passé et engage l'avenir de l'enfant ou qui touche à ses droits fondamentaux», devrait recevoir l'aval de chaque parent avant d'être réalisé. Quant aux actes dits «usuels», ayant moins d'impact sur l'enfant, ils pourraient n'être approuvés que par un seul parent.

Le déménagement a été retenu comme répondant à la définition d'un «acte important», malgré les réticences de certains membres du groupe de travail qui y voient une atteinte aux libertés. Mais ces actes importants peuvent aussi concerner l'école, la santé ou encore les changements dans la vie quotidienne, précise La Croix.

La «coparentalité» était l'une des revendications phares des «pères perchés», ces pères de familles séparées qui contestaient l'octroi de la garde de leur(s) enfant(s) à leur ancienne conjointe en se retranchant en haut d'une grue ou d'un clocher

Pour la création de «stages de coparentalité»

Le rapport préconise par ailleurs un meilleur suivi de l'exécution des décisions judiciaires, les atteintes à l'exercice de l'autorité parentale n'étant pas systématiquement sanctionnées. Il suggère de créer un «service ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant