Famille : ce qui change au 1er avril

le
7
Famille : ce qui change au 1er avril
Famille : ce qui change au 1er avril

C'EST LE GRAND CHANGEMENT de printemps ! Comme chaque année, le 1 er avril est synonyme de revalorisation des prestations familiales selon un savant calcul, qui tient à la fois compte de l'inflation prévue pour 2014 et du gonflement réel des prix constaté en 2013. La plupart des prestations en faveur des familles vont donc augmenter de 0,6 %. Mais cette année, disette oblige, certaines aides seront gelées quand d'autres seront rabotées à la suite de la réforme annoncée par Jean-Marc Ayrault en juin.

Avantage aux ménages les plus modestes

Selon la Caisse nationale d'allocations familiales (CAF), environ 400 000 familles verront leurs resources augmenter, de 908 ? par an en moyenne au terme de la réforme, qui fera sentir ses effets progressivement jusqu'à 2020. Mais pas moins de 3,5 millions de familles seront au contraire pénalisées et perdront, elles, en moyenne 555 ? par an.

Comme l'avait annoncé le gouvernement, les familles aisées seront les plus touchées. On compte près de la moitié des perdants parmi les 30 % des ménages les plus riches. Les gagnants figurent, au contraire, parmi les 60 % de familles aux revenus les plus modestes, et presque un ménage sur deux parmi les 10 % dont les ressources sont les plus faibles profiteront du complément familial. Et ce n'est pas tout : les simulations de la CAF ne tiennent pas compte de la hausse de l'allocation de soutien familial, qui, elle aussi, favorisera les plus modestes.

Moins d'aides pour les couples : entre 38 % et 41 % des couples avec enfants verront leurs ressources baisser. Ceux qui ont un enfant perdront en moyenne 287 ? cette année et 386 ? par an à l'issue de la montée en charge. Avec trois enfants et plus, ils perdront en moyenne 790 ? par an à terme. Les familles monoparentales avec deux enfants ou plus sont au contraire majoritairement gagnantes : 57 % d'entre elles verront leurs revenus augmenter, de près de 200 ? cette année et de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7966995 le mardi 1 avr 2014 à 13:00

    Il faut encourager les RSAistes, les polygames, les Ksos, a faire un maximum d'enfants pour augmenter la masse éléctorale de la gauche. En revanche tout doit être fait pour dissuader des couples de cadres ou même des français moyens de se reproduire. Le français moyen ou aisé qui travaille est une espèce nuisible qui a terme doit disparaître. Ainsi se construira la grande france socialiste.

  • muck12 le mardi 1 avr 2014 à 12:55

    gel des retraites a cause des syndicats il va s en mordre les doigts aux prochaines élections

  • M362321 le mardi 1 avr 2014 à 12:24

    On détruit tout à petit feu. Et après ils s'étonnent !!!

  • M3182284 le mardi 1 avr 2014 à 11:27

    familles monoparentales= polygamie africaine ce gouvernement ne ponctionne que les forces vives et encourage géométriquement le tourisme social. Avez vous noté que les allocations ne sont pas fiscalisées? Ce serait inacceptable pour les familles avec 4 femmes et 26 enfants qui vont travailler au noir et prendre des logements sociaux.

  • lm123457 le mardi 1 avr 2014 à 10:06

    Je cite : "Les familles monoparentales avec deux enfants ou plus sont au contraire majoritairement gagnantes : 57 % d'entre elles verront leurs revenus augmenter, de près de 200 ? cette année et de ...". Sauf que la plupart de ces familles monoparentales sont déguisées. Faut arrêter de nous faire pleurer avec la fille-mère. Encore de l'angélisme de gauche.

  • heimdal le mardi 1 avr 2014 à 10:01

    Ils en remettent une couche avec la redistribution .J'appelle plutôt ça un nivellement par le bas car ce sont encore et toujours les mêmes qui trinquent :les ménages les plus zézés ,un terme pudique qui pourrait presque passer pour normal ... dans l'esprit d'un gaucho.

  • pichou59 le mardi 1 avr 2014 à 09:44

    les grands gagnants : les glandeurs et les tricheurs?