Fallait-il laisser partir David Luiz ?

le , mis à jour à 06:20
0
Fallait-il laisser partir David Luiz ?
Fallait-il laisser partir David Luiz ?

Avec le départ de David Luiz (pour Chelsea), qui s'ajoute à ceux d'Ibrahimovic, Sirigu et, dans une moindre mesure, Van der Wiel, le PSG tourne une page et se lance dans un nouveau cycle. Sans certitude. La lecture du mercato parisien ne suscite pas un enthousiasme démesuré, d'autant que Ben Arfa, le seul magicien recruté, va devoir cravacher pour séduire Emery. A douze jours du premier choc en Ligue des champions face à Arsenal, le PSG semble plus fragile qu'il y a un an. Comme si les dirigeants n'étaient plus prêts à toutes les folies pour conquérir l'Europe. Le départ de David Luiz est à ce titre symptomatique. Parmi la demi-douzaine de candidats à la victoire finale dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, Paris est le seul qui ne compte que trois défenseurs centraux de métier. Aux risques de blessure, il faut envisager la fatigue accumulée par le duo titulaire (Thiago Silva - Marquinhos), qui devrait rapidement former la charnière de l'équipe du Brésil.

 

Ce choix assumé par le staff montre que l'aspect financier est désormais au moins aussi important que les considérations sportives. C'est nouveau. Depuis l'arrivée du Qatar en 2011, rien n'était trop cher. Aujourd'hui, la logique apparaît différente. Initialement, il n'était pas question que David Luiz quitte Paris. Mais la proposition de Chelsea semblait difficile à refuser. Suspecté d'avoir surpayé le Brésilien en 2014 (50 M€), le PSG n'a pas laissé filer l'opportunité de le revendre environ 38 M€ deux ans plus tard. Entre-temps, David Luiz a vieilli (il aura 30 ans en avril), il n'est plus un joueur international et a montré des errances à peine compatibles avec le niveau de la Ligue 1.

 

Emery devra trouver des solutions

 

Après avoir analysé tous les paramètres, les décideurs parisiens se sont donc rendus à l'évidence et ont saisi une opportunité qui ne se serait sans doute jamais représentée. Et les économies ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant