Falcao à Monaco, et si les planètes étaient alignées ?

le
0
Falcao à Monaco, et si les planètes étaient alignées ?
Falcao à Monaco, et si les planètes étaient alignées ?

Que serait un mercato sans le sempiternel feuilleton Falcao ? Deux fois n'étant pas coutume, le Colombien est encore annoncé sur le départ. Mais si United et Chelsea avaient tenté de jouer les réanimateurs, aujourd'hui plus personne ne s'y risquerait, au point que la tendance est à un retour de Falcao sur le Rocher. Ça tombe bien, les portes monégasques semblent entrouvertes.

Il fut un temps où Radamel Falcao n'attendait pas la dernière seconde de la dernière minute du mercato avant de savoir où il allait jouer. C'était il n'y a pas si longtemps, dans une galaxie pas si lointaine, quand personne n'osait imaginer qu'un jour on associerait au Tigre les termes "boulet " ou "patate chaude". Dès la fin du mois de mai 2013, le Colombien avait été annoncé en grande pompe à Monaco par un Rybolovlev tout sourire. Assuré d'être plus choyé que les enfants du couple princier, Falcao débarquait pour 60 briques, soit avec l'étiquette de joueur le plus cher de l'histoire de la Ligue 1, avant que Paris ne remporte le concours de celui qui pisse le plus loin en lâchant 64 jetons sur la table pour Cavani deux mois plus tard. Falcao était alors le meilleur numéro 9 au monde, avait terminé 5e au précédent Ballon d'or, Jorge Mendes était un génie, et Monaco allait revenir sur le devant de la scène pour empêcher le PSG d'imposer sa dictature, et tout allait pour le mieux dans le meilleur des rochers. Deux ans et demi plus tard, c'est en courbant l'échine, en boitillant et en espérant simplement regoûter un peu au gazon que Radamel pourrait faire son come-back.

Enfin un créneau pour Radamel


La thèse germait depuis novembre, lorsque Chelsea se cachait à peine de chercher un nouveau numéro 9, mais Monaco était alors formel : Radamel est persona non grata. Un mois et quelques cauchemars offensifs plus tard, les Monégasques ont tout intérêt à se montrer moins obtus. Et la prophétie est arrivée le 16 décembre par Gilles Favard, ancien recruteur et consultant sur L'Équipe 21, qui assènait sans sourciller sur la chaîne : "Falcao va rentrer à Monaco." Pourquoi forcément imaginer un retour sous les soupirs de gêne ou d'agacement des Monégasques, plus tristes qu'autre chose de voir revenir leur ex-prodige devenu paria du football européen ? Car être monégasque en 2016, c'est être un homme de plaisirs simples. Fini l'époque où les Rouge & Blanc se voyaient comme une nouvelle Byzance, aujourd'hui ils ne demandent au père Noël qu'un attaquant capable de marquer plus que Loïc Perrin. Car si le défenseur vert a déjà planté trois pions cette saison, Lacina Traoré, attaquant le plus prolifique de la Principauté, compte les siens sur deux doigts.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant