Faites-vous livrer des produits exotiques par une «mule»

le
2
Le site mmmule.com permet à ses membres d'entrer en contact avec des voyageurs pour leur demander de ramener de leurs périples des souvenirs locaux difficiles à trouver dans leur pays.

Vous êtes expatrié au fin fond de la Patagonie et le pays vous manque, ou vous restez nostalgique de vos années d'études à l'étranger et rêvez des spécialités locales. Le site mmmMule.com a été créé pour vous. Lancé discrètement en avril dernier, il permet à ses utilisateurs d'entrer en contact avec des voyageurs afin de leur demander de ramener de leurs périples des produits spécifiques, difficiles à trouver près de chez eux. Ses fondateurs, l'Australien Andrew Simpson et les deux Irlandais Avis et Alan Mulhall, ont visité plus de 65 pays à eux trois. «Depuis que je vis à Sydney, je cherche à me procurer du thé de la marque britannique Barry's Tea», raconte Avis Mulhall, cofondatrice et directrice marketing du site. D'où l'idée de s'en faire livrer par des «mules» (un terme désignant généralement les passeurs de drogues).

Amateurs de saris indiens ou de couvertures colorées du Guatemala, les commanditaires n'ont qu'à remplir un formulaire en ligne en précisant le produit recherché et son pays d'origine. De là, des baroudeurs peuvent leur proposer leurs services directement via une messagerie sur le site. Des services entièrement gratuits. «Notre concept fonctionne sur la base de l'échange de bons procédés», précise Avis Mulhall. Concrètement, à chaque fois qu'un «local» demande un produit, il offre une récompense à la «mule» qui lui amène. «Nous les encourageons à proposer des récompenses uniques et intéressantes, que ce soit un verre dans un bar pittoresque, une promenade touristique, un hébergement pour la nuit ou des cours de surf.»

Sortir des circuits habituels de distribution

Une idée qui fait des émules. Ce réseau social revendiquait près de 10.000 utilisateurs de plus de 150 pays cet été, à peine trois mois après son lancement. Selon sa cofondatrice, «le site a enregistré plus de 1900 visites dès le premier jour et près de 50 demandes». Celles-ci concernent majoritairement des produits alimentaires, mais les alcools, livres et vêtements ne sont pas en reste. «La France est l'un des pays les plus représentés avec une communauté d'expatriés très demandeuse de produits français.» D'autres denrées surprenantes ont fait le tour du monde. A l'image d'une édition du Sunday Times, que le Néo-Zélandais Nick souhaitait se faire apporter d'Angleterre. En échange, il a mis son lave-linge à disposition de sa «mule». Tout comme Mithun, originaire de Bombay, qui proposait des cours de luth pour se faire livrer un magnétophone enregistreur.

Les fondateurs du site: l'Australien Andrew Simpson et les deux Irlandais Avis et Alan Mulhall. Crédit photo: mmMule
Les fondateurs du site: l'Australien Andrew Simpson et les deux Irlandais Avis et Alan Mulhall. Crédit photo: mmMule

Les fondateurs du site: l'Australien Andrew Simpson et les deux Irlandais Avis et Alan Mulhall. Crédit photo: mmMule

Pour les experts du groupe LaSer, spécialisé dans la relation client, mmMule.com «vient capter des consommateurs de plus en plus désireux de sortir des circuits habituels de distribution, de posséder leurs propres filières d'échanges pour signifier leur différence». Cette indépendance a des limites. «Nous avons mis en place des mesures très claires pour éviter le transport de produits illicites, allant d'avis aux utilisateurs à la possibilité de dénoncer une demande suspecte», assure Avis Mulhall. De quoi garantir le développement pérenne de la petite startup. A terme, ses fondateurs n'excluent pas des partenariats avec des tour-opérateurs ou d'autres enseignes. «Nous pourrions aussi lancer une plateforme de paiement sécurisé pour les marchandises les plus chères», explique la directrice marketing, qui affirme ne pas être sous la pression de résultats financiers. «Nous sommes totalement autofinancés et n'avons aucun actionnaire à qui rendre des comptes!»

Ces «AngelMules» qui livrent des denrées aux ONG

Le site mmMule.com n'est pas seulement un réseau social pour voyageurs particuliers. «Nous voulions vraiment faire plus, donc nous permettons aussi aux touristes de devenir des 'AngelMules' et de donner aux communautés qui les accueillent», explique Avis Mulhall. Ces «mules» profitent de leur voyage pour livrer des denrées aux associations et ONG locales qui en ont besoin. «Nous n'avons pas de partenariat avec des organisations en particulier, car tout dépend des choix de nos membres, mais nous avons ainsi contribué à des projets extraordinaires à travers le monde», s'enthousiasme la cofondatrice du site. Des bonnes ½uvres qui peuvent aussi bien être des centres de conservation des tortues ou des refuges pour chiens, comme des centres d'hébergement d'urgence, des foyers de l'enfance ou encore des centres médicaux. Pour Avis Mulhall, «c'est une manière unique de faire de vos voyages un évènement vraiment spécial».

LIRE AUSSI:

» Avec la crise, les Français font la chasse au gaspillage

» Le «fait maison», un bon plan anti-crise

» Un site propose des billets d'avion aux touristes fauchés

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jlagran5 le lundi 15 oct 2012 à 18:20

    attention aux taxes, les douaniers vont se régaler

  • gemplus le lundi 15 oct 2012 à 14:45

    J'adore certains produits agricoles marocains et libanais .....