Faites entrer les accusés de Bastia 1905

le
0
Faites entrer les accusés de Bastia 1905
Faites entrer les accusés de Bastia 1905

Mercredi 16 novembre, quatre membres du groupe de supporters Bastia 1905 sont arrêtés. Tous sont conduits au commissariat, dont le président du groupe de supporters et Maxime Beux, le jeune homme éborgné par un tir de flash-ball la saison passée. Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ?

Il est 6 h du matin dans la région bastiaise. Jean-Baptiste Castellani dort encore lorsqu'il entend tambouriner à sa porte. Il ouvre : "Police". Sans trop comprendre pourquoi, le président de Bastia 1905 est interpellé, son domicile fouillé. Au même moment, des scènes similaires se déroulent chez un autre membre du groupe, Ghjilormu Garelli ainsi qu'un sympathisant. Conduits au commissariat de Bastia, les trois hommes sont rejoints quelques heures plus tard par Maxime Beux, arrêté dans une rue de Corte. Maxime qui ? Maxime Beux, ce jeune supporter blessé à l'oeil en marge de la rencontre Reims-Bastia, le 13 février dernier. Selon la version de l'étudiant de 22 ans, ses amis et lui auraient à l'époque été renversés par des voitures de la BAC et fait l'objet de tirs de flash-ball. La police, elle, assure avoir été attaquée. Maxime Beux se serait blessé seul, en tombant contre un poteau. Bavure ou accident, il a depuis appris qu'il ne retrouvera jamais l'usage de son oeil gauche.

Incompréhension vs. "Pétanques explosives"


Quand la nouvelle des interpellations tombe, les autres membres de 1905 restent incrédules. L'un d'eux, Romain Paoli, raconte : "On a appris l'arrestation du président de l'association vers 7h du matin. Puis deux autres. On ne comprenait pas trop ce qui se passait. Puis on a su que c'était par rapport à la manif' du 20 février, ce qui, pour nous, est incompréhensible." Et pour cause, la marche de soutien à Maxime Beux s'était alors déroulée dans le calme. Néanmoins, on apprenait quelques semaines plus tard que des engins explosifs, plus précisément des "pétanques explosives", avaient été retrouvés près de la préfecture de Bastia avant la manifestation. Létales à dix mètres, ces grenades artisanales ont une puissance de destruction proche de leurs cousines militaires, suffisantes pour faire sauter un semi-remorque.


Mercredi après-midi, le Procureur de la République de Bastia, M. Nicolas Bessonne, donne une

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant