Faire sa déclaration de revenus sera plus compliqué cette année

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - En effet, depuis le 1er janvier 2013 les plus-values réalisées lors de la cession de valeurs mobilières sont ajoutées aux autres revenus pour être imposées au barème progressif de l'impôt sur le revenu. S'ajoutent à cette imposition les prélèvements sociaux aujourd'hui calculés au taux de 15,5% et le cas échéant, la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus de 3 ou 4%.

Les plus-values dégagées lors de la cession de droits sociaux, d'actions et OPCVM d'actions[1] ne sont cependant imposées à l'impôt sur le revenu qu'après application d'un abattement qui a pour effet de minorer la base imposable au barème progressif de l'impôt sur le revenu. Afin de favoriser une détention longue de ces titres, l'abattement s'élève à 50% pour les titres conservés plus de 2 ans et à 65% après 8 ans de détention[2]. Ces durées se calculent de date à date, à compter du jour de souscription ou d'acquisition des titres.

Il convient de souligner que les moins-values réalisées[3] supportent également l'abattement pour durée de détention, ce qui a pour effet, s'agissant des titres détenus depuis plus de 2 ans de réduire de 50%, voire de 65% la moins-value imputable sur les plus-values de l'année et celles des 10 années à venir. Le dispositif mis en place recèle cependant des lacunes qui résident notamment dans le fait que pensé et conçu[4] pour les plus-values afférentes aux titres non cotés (ceux des fameux pigeons),

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant