Fair-play financier : Le PSG connaît déjà ses sanctions

le
0
Fair-play financier : Le PSG connaît déjà ses sanctions
Fair-play financier : Le PSG connaît déjà ses sanctions

L'UEFA n'a pas épargné le PSG. Alors que les sanctions à l'encontre des neufs clubs concernés par le fair-play financier ne seront connues qu'en fin de semaine, le champion de France en titre sait déjà ce qui l'attend. La chambre d'instruction de l'instance de contrôle financier des clubs (ICFC), chargée de la mise en place du fair-play financier, n'a pas été convaincue par les arguments des dirigeants parisiens, détaille L'Equipe dans ses colonnes, mardi.

Alors que le contrat de sponsoring passé avec QTA à hauteur de 200 millions d'euros par an a été dévalué à 100 millions d'euros, le club de la Capitale verra également sa masse salariale être encadrée. Actuellement à 240 millions d'euros, elle ne pourra plus être augmentée au risque de sanctions de la part de l'instance européenne. Les transferts vont également être très surveillés. Le Paris Saint-Germain aura le droit de recruter un seul joueur à 60 millions d'euros et non deux à 30 millions ou trois à 20 millions. Et si un joueur arrive, la masse salariale ne doit pas augmenter. Au niveau purement sportif, les Rouge et Bleu ne pourront inscrire que 21 joueurs en Ligue des Champions, au lieu de 25 pour les autres clubs. La règle de l'UEFA obligeant les clubs à inscrire 8 joueurs formés localement dans cette liste, reste effective dans ces circonstances, ce qui devrait compliquer la tâche du club. Enfin, les dirigeants parisiens devront également verser une amende de 60 millions d'euros sur trois ans, tout en réduisant leur déficit à 30 millions d'euros au lieu des 45 autorisés par l'UEFA.

Ces quatre sanctions ont fait l'objet d'un accord entre le PSG et l'ICFC. Si l'actuel leader de Ligue 1 refuse ce moratoire, il sera renvoyé devant la chambre de jugement de l'ICFC qui pourrait décider de taper encore plus fort. Et surtout, il n'y aurait plus aucun recours possible à ce stade, hormis devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). Dans tous les cas, le mercato d'été parisien devrait être plus calme qu'à l'accoutumée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant