Faible mobilisation contre la réforme des retraites

le
1
Ils étaient 155.000 à manifester dans toute la France ce mardi contre la réforme des retraites selon la police, 360.000, selon la CGT. » Une réforme ne se mesure pas à l'aune «du nombre de manifestants»

La grande place de la République, à Paris, aux deux tiers vide. La manifestation contre les retraites à l'initiative de la CGT, FO, Solidaires et la FSU ne faisait pas recette ce mardi après-midi dans la capitale. Ni dans les régions. Les 180 manifestations organisées de part la France n'ont réuni que 155.000 personnes, selon la police (360.000 selon la CGT), dont 15.000 dans la capitale (50.000 selon la CGT). Le leader de la CGT, Thierry Lepaon, ne se disait «pas déçu», au départ du cortège parisien.

Maryse, militante FO qui s'est rendue à la manif avec sa fille étudiante, n'est pas du même avis. Pour elle, c'est clair, «il n'y a pas assez de monde». Elle a bien essayé de motiver ses collègues, mais «pour eux, la réforme est inévitable». Didier, délégué syndical chez un chauffagiste, fait la grimace en balayant du regard la place de la République. «Vu les enjeux, il y a quand même peu de monde», grommelle-t-il. Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, reconnaît lui-même qu'«il n'y a pas de déferlante».

Contreparties jugées insuffisantes

La CGT avait pourtant multiplié les mots d'ordre. La «sauvegarde des retraites» n'arrivait même qu'en troisième position, après l'emploi et le pouvoir d'achat, et avant les conditions de travail sur leurs affiches. Sur les pancartes du défilé parisien, on pouvait lire «retraite à 60 ans». Force ouvrière réclamait pour sa part au gouvernement de revenir sur l'allongement de la durée de cotisation après de 2020 de 41,5 à 43 ans. Quant aux contreparties de la réforme, comme le «compte personnel de prévention de la pénibilité», elles sont jugées insuffisantes par les militants. «Il ne fonctionnera qu'à partir de 2015 et moi j'ai déjà travaillé 15 ans aux deux huit, raconte Salek, ouvrier dans l'industrie. Comment vais-je pouvoir en profiter? Du coup, je l'ai dans l'os. Et c'est le cas de le dire, avec mes problèmes musculo-squelettiques!»

Les organisateurs ont tenté de mobiliser les jeunes. «La bonne nouvelle, c'est qu'ils s'emparent du dossier», s'est même réjoui Thierry Lepaon à l'ouverture du cortège parisien. Cela ne sautait pas aux yeux dans le cortège parisien. Coincés entre les dizaines de fourgonnettes CGT et les militants FO, seule une centaine de jeunes défilaient, mobilisés au sein d'un collectif d'organisations mené par le syndicat étudiant Unef.

«La rentrée universitaire n'arrive que fin septembre, il n'y a personne sur les campus en ce moment», s'excuse presque Julie Mandelbaum, secrétaire générale de l'Unef. Dans la petite troupe, Vincent, étudiant en histoire, n'est pas convaincu par les mesures en faveur des jeunes. «On ne peut pas cautionner la prime au rachat de trimestres au titre des années d'études: ça coûte très cher quand même et ça veut dire que chacun se prépare sa retraite dans son coin, en fonction de ses moyens.» Quelques élèves du lycée Turgot, à deux pas de la place de la République, sont venus en voisins. «On veut s'investir pour que la réforme ne passe pas», lance Marin, en seconde, pour qui c'est la première «vraie manif» avec sa bande d'amis. «Année après année, on nous demande de travailler plus longtemps, ce n'est pas acceptable», renchérit Sarah, en terminal littéraire dans les Hauts-de-Seine.

La semaine prochaine, chiffres de la mobilisation en main, les syndicats discuteront de la suite à donner à cette journée. Éric Aubin, «M. retraite de la CGT», a déjà promis «d'autres» mobilisations.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • roulio86 le mercredi 11 sept 2013 à 08:41

    Diviser pour régner c'est bien connu, le pays n'a jamais autant éte divisé depuis ce gouvernement, il est certain quand ne reforment pas les régimes spéciaux, les fonctionnaires etc ....personne ne descendra dans la rue.....et pendant ce temps le pays s'enfonce....le plus important ce n'est pas la France mais de rester aux manettes et d'être réélu, comme depuis 35 ans ils ont fait,,et voilà le résultat.....