Faible mobilisation contre la réforme des retraites

le
2
Faible mobilisation contre la réforme des retraites
Faible mobilisation contre la réforme des retraites

Alors que les députés s'apprêtent à voter le projet de loi sur la réforme des retraites, plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé mardi dans plusieurs centaines de villes à l'appel de trois syndicats, CGT, FSU et Solidaire. Si une majorité de Français disait ne pas approuver cette nouvelle réforme, comme la dernière fois, les retraites mobilisent peu.

A Paris, place de la Concorde, en face de l'Assemblée nationale, le numéro de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly revendique «plus de 15 000» manifestants. A Marseille dans la matinée, un cortège de 2 100 personnes, selon la police, et 20 000, selon les organisateurs, a défilé du Vieux Port à la préfecture, en proclamant «La retraite à 60 ans, c'est possible». A Toulouse, 1 300 personnes (5 500 selon les organisateurs) ont défilé en détournant la chanson de Joe Dassin «L'Amérique» pour chanter «la retraite, je veux l'avoir et je l'aurai». A Lyon, environ 400 personnes, selon la police, se sont rassemblées à la mi-journée devant le siège du Medef. Ils étaient environ 300 à Brest, 200 à Caen et plusieurs centaines dans les rues de Rouen: «Ni un, ni deux, ni trois ans de plus, c'est 60 ans et pas un jour de plus», scandaient les manifestants.

La CGT dénonce une réforme «socialement très régressive»

Pour le numéro un de FO, «retarder l'âge légal, c'est abolir l'histoire sociale». Pour celui de la CGT, Thierry Lepaon, «la logique générale de la réforme, et notamment l'allongement de la durée de cotisations et le report de six mois de la revalorisation des pensions, est une logique socialement très régressive». Il souligne aussi un «réel décalage entre les propos de François Hollande candidat et ceux de François Hollande président de la République». «Tout le monde s'en aperçoit» et cela explique, à ses yeux, «le vote FN de dimanche», lors de l'élection cantonale partielle à Brignoles (Var). Les salariés sont «mécontents ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8951316 le mardi 15 oct 2013 à 16:52

    la mobilisation se sera dans les urnes ...et là ils vont entendre le cri des Français Ils vont en rester coi ... béa ...et dépressifs pour un bon moment !!!

  • dotcom1 le mardi 15 oct 2013 à 16:29

    L'argent de l'UIMM fait des miracles.