Faible mobilisation au Brésil des manifestants anti-Rousseff

le
0
 (Actualisé avec éléments de contexte) 
    SAO PAULO, 13 décembre (Reuters) - Des milliers de 
manifestants ont réclamé dimanche au Brésil la destitution de la 
présidente Dilma Rousseff à l'occasion d'une journée de 
protestation nationale qui n'a pas renoué avec la mobilisation 
des mois passés. 
    Au pouvoir depuis 2010, la présidente fait face à une 
procédure de destitution enclenchée au début du mois à la 
Chambre des députés. L'opposition lui reproche d'avoir fraudé le 
fisc et d'avoir manipulé les comptes publics pour assurer sa 
réélection en octobre 2014. (voir  ID:nL8N13W3WZ ) 
    "Nous sommes fatigués, nous voulons le changement. Cette 
bande corrompue doit dégager", a déclaré un des meneurs de la 
manifestation de Brasilia, la capitale, où 6.000 personnes se 
sont rassemblées. 
    A Sao Paulo, le cortège des manifestants était un peu plus 
fourni. A Rio de Janeiro en revanche, ils étaient légèrement 
moins nombreux. 
    Au total, la mobilisation est restée très en deçà des 
mouvements de protestation de ces derniers mois. Mi-mars, on 
avait dénombré jusqu'à un million de personnes dans les rues 
pour protester contre la dégradation de la situation économique 
du pays, l'inflation et la corruption et pour demander une 
destitution de la présidente. (voir  ID:nL6N0WH0ZZ ) 
    En août, ils étaient encore plusieurs centaines de milliers, 
dont quelque 135.000 dans le quartier des affaires de Sao Paulo, 
selon l'institut de sondage Datafolha, et 25.000 devant le 
Congrès à Brasilia, la capitale, selon la police. (voir 
 ID:nL5N10R0Q2 ) 
    "Ce n'est qu'un tour de chauffe", a dit Paloma Morena, une 
chimiste de 35 ans rencontrée dans la manifestation de Sao 
Paulo. "Il y aura une mobilisation gigantesque en janvier", 
a-t-elle ajouté. 
    La procédure de destitution visant la présidente Rousseff a 
été suspendue par la Cour suprême, le temps d'examiner la 
validité constitutionnelle de l'initiative. La Cour suprême se 
réunira de nouveau le 16 décembre. (voir  ID:nL8N13Y2VC ) 
    Du côté des partisans de Rousseff, la Centrale unique des 
travailleurs (CUT), principale centrale syndicale du pays, a 
appelé ses partisans à manifester ce même 16 décembre. 
 
 (Caroline Stauffer avec Anthony Boadle à Brasilia; Guy Kerivel 
et Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant