FagorBrandt se déclare en cessation de paiement

le
0
FAGORBRANDT SE DÉCLARE EN CESSATION DE PAIEMENT
FAGORBRANDT SE DÉCLARE EN CESSATION DE PAIEMENT

PARIS (Reuters) - FagorBrandt, la filiale française du groupe d'électroménager espagnol Fagor, se déclare en cessation de paiement et va demander sa mise en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Nanterre, ont annoncé mercredi les syndicats du groupe.

La décision a été annoncée par la direction lors d'un comité central d'entreprise au siège de la société à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

"Certains essaient de minimiser le choc social qui risque de se produire car ce n'est pas 1.870 salariés qui sont concernés par cette situation mais bien 3.000 au minimum", a dit un porte-parole de l'intersyndicale.

"FagorBrandt est une entreprise performante et viable, qui a d'énormes capacités - plasturgie, tôlerie, câblerie, émaillerie, recherche et développement, service après-vente, un outil industriel intégré avec des marques prestigieuses qui font partie du patrimoine industriel français", a-t-il ajouté.

Interrogé à la sortie du conseil des ministres, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a exprimé sa volonté de sauver le maximum de sites industriels et d'emplois chez FagorBrandt.

Les gouvernements français et espagnol veulent unir leurs efforts "pour organiser une reprise des activités", a-t-il dit.

"Les deux gouvernements ont décidé de conjuguer leurs efforts pour trouver des solutions de financement de toutes natures de manière à ce que nous puissions sauver le maximum de sites et préserver le plus possible d'emplois", a-t-il ajouté.

Arnaud Montebourg, qui a eu un contact téléphonique mardi avec son homologue espagnol, devait recevoir mercredi après-midi la direction de la filiale française.

FagorBrandt compte quatre usines en France, à Aizenai et La Roche-sur-Yon (Vendée), à Vendôme (Loir-et-Cher) et à Orléans (Loiret).

Fagor, qui revendique le cinquième rang du marché européen de l'électroménager, employait 5.642 personnes au total à la fin juin. Le groupe espagnol a engagé une procédure de sauvegarde pour tenter de refinancer sa dette.

Yann Le Guernigou et Jean-Baptiste Vey, édité par Sophie Louet et Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant