Facs : Pécresse craint un retour en arrière

le
1
INTERVIEW - Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de 2007 à 2011, Valérie Pécresse a mis en place l'autonomie des universités en donnant du pouvoir aux présidents de facs devenus de véritables chefs d'entreprise.

LE FIGARO. - Quel doit être selon vous le rôle d'un président d'université?

Valérie PÉCRESSE. - Le président d'université est d'abord un stratège. Il met en ½uvre les choix stratégiques scientifiques et pédagogiques, définis collégialement. Il doit être entouré de personnes compétentes en gestion pour assurer le management de l'université. La question de la gouvernance, inscrite dans la loi LRU, est essentielle. Elle a permis à l'université de s'ouvrir au monde extérieur, en favorisant les partenariats de recherche public-privé et le développement de diplômes professionnalisés. Je crains que le projet qui nous est proposé aujourd'hui soit au contraire celui d'un repli sur soi, d'une fermeture, ce qui anéantirait les efforts fournis par l'université depuis maintenant cinq ans. Attention au retour en arrière.

Quelle serait au contraire l'étape suivante qu'il faudrait envisager?

L'étape suivante, celle que j'appelle de mes v½ux, serait de perme

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 6 juin 2012 à 16:28

    On peut difficilement avoir un retour en avant.