Facebook : une panne et des millions de données partagées

le
0
Facebook : une panne et des millions de données partagées
Facebook : une panne et des millions de données partagées

Une panne de logiciel au sein du réseau social Facebook a provoqué le partage involontaire des numéros de téléphone et des adresses courriels de 6 millions d'utilisateurs, a reconnu Facebook vendredi. L'entreprise, régulièrement mis en cause en matière de protections des données, s'est dite «irritée et embarrassée». Elle assure qu'aucune information financière ou d'autre nature n'a été partagée entre les comptes. Les utilisateurs concernés ont été prévenus par mail de la mésaventure, dont l'impact sera probablement «minimal» d'après Facebook, parce que le partage de ces données se sera fait seulement entre des utilisateurs ayant déjà des connections.

Ce partage non voulu a pu se produire quand un utilisateur s'est mis à enregistrer une archive de son compte Facebook via l'outil du réseau Download Your Information (DYI), a expliqué Facebook. La panne a pu permettre que «certaines informations de contact d'une personne (son adresse courriel ou son numéro de téléphone) soient devenues accessibles à des gens qui avaient soit des informations de contact sur elle ou bien des connections avec elle». «Ils ont peut-être reçu davantage d'adresses de courriels ou de numéros de téléphone de leurs contacts ou de gens avec lesquels ils ont des connections», poursuit le réseau. «Nous en avons conclu que les numéros de téléphone et les adresses courriels d'environ 6 millions d'utilisateurs Facebook avaient été partagés.»

«Nous prenons la vie privée des gens au sérieux, et nous faisons tout notre possible pour protéger (leurs) informations», insiste le réseau, qui se défend en invoquant l'absence de risque zéro. «Même avec une équipe forte, aucune entreprise ne peut prévenir les pannes à 100%.»

37, 3 millions d'internautes victimes d'attaques informatiques

Le réseau affirme ne pas avoir «de preuve que cette panne ait été exploitée malignement, et nous n'avons pas reçu de plaintes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant