Facebook : un jeune se blesse à la suite du défi «A l'eau ou un resto»

le
1
Facebook : un jeune se blesse à la suite du défi «A l'eau ou un resto»
Facebook : un jeune se blesse à la suite du défi «A l'eau ou un resto»

Jeu absurde pour les uns, bonne partie de rigolade pour les autres... Depuis plusieurs jours, des centaines de vidéos postées sur internet font grand bruit sur le littoral du Nord Pas-de-Calais. Pour répondre à un défi Facebook sur le thème «A l'eau ou un resto», des internautes publient une vidéo où on les voit, souvent déguisées, se jeter à l'eau avant de «nominer» trois autres personnes. Si celles-ci ne relèvent pas le défi, elles doivent payer une invitation au restaurant...

Ce phénomène est suffisament important pour que les pompiers, dans la semaine, aient mis en garde contre les éventuels dangers de ces baignades. Notamment sur les risques d'hydrocution ou le danger que représentent les plongeons depuis des jetées ou des rochers... Cela n'a pas empêché un premier accident grave de se produire, samedi, sur la plage de Wimereux, près de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

Selon La Voix du Nord, un jeune homme de 21 ans «a été gravement blessé après avoir plongé la tête la première dans une trop faible quantité d'eau.» Il souffrirait d'une fracture du crâne et de lésions aux cervicales. Il a été transporté par hélicoptère, au CHR de Lille (Nord). Des témoins redoutaient une éventuelle paralysie.

Cet accident intervient alors qu'un groupe «les fous du défi» s'est créé depuis quelques semaines sur le réseau social. Regroupant plus de 7 000 membres, ce groupe a donné rendez-vous, dimanche 8 juin à 15 heures, sur la plage de Calais pour effectuer «un grand saut». Chaque baigneur pourrait reverser un euro à la Ligue contre le cancer.

Combien seront-ils ? Impossible de le savoir mais les organisateurs commencent à prendre les devants. Une cinquantaine de bénévoles devraient être présents pour encadrer les baigneurs. En outre, les organisateurs ont reçu l'aval de la mairie et de la sous-préfecture et la Société des sauveteurs en mer (SNSM) pourrait assuré la sécurité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le dimanche 1 juin 2014 à 12:00

    de mon temps on faisait du sport et pas ce genre de k.onnerie