Facebook travaille sur une connexion internet ultrarapide par lasers

le
0
Facebook travaille sur une connexion internet ultrarapide par lasers
Facebook travaille sur une connexion internet ultrarapide par lasers

Les travaux de Facebook sur un système de connexion pour zones reculées en très haut débit via un faisceau laser progressent et un premier test a permis de dépasser les 2Gbps, selon un article rédigé par 4 membres du "Laboratoire de connectivité" du réseau social pour la revue scientifique Optica.L'idée est de fournir une connexion à haut débit via un faisceau laser, même dans les endroits les plus reculés. Pour le moment, les tests ont abouti à un débit maximal de 2,1Gbps, mais la marge de progression serait énorme. Le système repose sur des rayons laser infrarouges et invisibles qui s'allument et s'éteignent plusieurs milliards de fois par seconde afin d'échanger des données tout en ne consommant que très peu d'énergie.

Pour arriver à une telle prouesse et couvrir n'importe quel territoire, les équipes de développement travaillent sur des drones de grande envergure à énergie solaire évoluant à 18.000 mètres d'altitude. Il s'agit du projet Aquila. Leurs cellules photovoltaïques et leurs moteurs haute performance leur permettent de voler pendant des mois et ainsi de garantir une connexion longue durée aux zones ainsi couvertes.

Le laser s'avère dont extrêmement rapide même si le projet demande beaucoup de précision pour pouvoir orienter le faisceau correctement. Tout le défi revient à atteindre une précision pour ces lasers de l'ordre d'une pièce d'un centime à une distance de près de 20 kms, tout en supportant des écarts de température de plus de 90 degrés. Les équipes de Facebook étudient donc actuellement la faisabilité d'un tel projet, surtout pour des zones où des gens, isolés, sont très éloignés les uns des autres.

Lancé en 2014, l'objectif du laboratoire de connectivité de Facebook est de rendre l'accès à Internet abordable pour toutes les communautés à travers le monde.

À noter qu'Alphabet (Google) travaille sur la même problématique depuis 2013 avec son projet Loon à base de ballons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant