Facebook sponsorisera la convention républicaine d'investiture de Trump

le , mis à jour le
1
Facebook est largement critiqué depuis quelques jours pour son soutien financier à la convention républicaine cet été, où Trump sera investi candidat à la présidentielle.
Facebook est largement critiqué depuis quelques jours pour son soutien financier à la convention républicaine cet été, où Trump sera investi candidat à la présidentielle.

Deuxième polémique en l'espace de quelques jours pour Facebook aux États-Unis. Après avoir été assigné en justice pour fichage illégal, le réseau social a annoncé jeudi qu'il apporterait un « soutien financier, entre autres » à la convention républicaine où Donald Trump devrait être officiellement investi candidat à la présidentielle cet été. Une initiative qui ne passe pas pour de nombreuses associations antiracistes et féministes, qui espéraient voir la plateforme sortir de sa neutralité.

Selon le site Politico, en plus d'un soutien financier dont le montant n'a pas été communiqué, les employés du réseau social installeront un « Lounge Facebook » au coeur de la convention, à Cleveland, du 18 au 21 juillet prochain. Depuis ce salon, on pourra observer le flux de publications lié à l'événement et des vidéos diffusées en direct par le nouvel outil de streaming Facebook Live.

Une information surprenante, car Mark Zuckerberg a critiqué le milliardaire pendant sa campagne. Le mois dernier, lors de la convention annuelle de Facebook, son PDG a notamment regretté l'écho des « voix craintives souhaitant construire des murs », sans toutefois nommer directement le candidat républicain. Ce à quoi Trump avait immédiatement répondu : « Les dirigeants de la Silicon Valley feraient mieux de se concentrer sur les innovations et l'emploi. » Ambiance.

Google, Microsoft, également critiqués

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 7 mois

    Je savais que ce truc avait un côté "populiste". C'est la fin de FaceBook