Facebook se lance contre le harcèlement sur internet

le
0
Facebook se lance contre le harcèlement sur internet
Facebook se lance contre le harcèlement sur internet

Des insultes divulguées sur Facebook. Des noms dévoilés et critiqués sur Twitter. Des photos compromettantes qui circulent sur la toile... Le cyberharcèlement, soit harcèlement sur internet, se propage. Face à la montée de ce fléau, Facebook a décidé de réagir.

Le réseau social a lancé ce mercredi la version française de son portail de prévention. Facebook cible plus particulièrement les adolescents, premières victimes de la progression du cyberharcèlement. Un programme qui s'inspire de la version américaine, lancée en novembre dernier. Ce portail visible sur le réseau social, donne des recommandations aux parents, enfants, enseignants qui seraient en contact avec des victimes ou victimes eux-mêmes de cyberharcèlement. 

Sur le portail de prévention les particuliers peuvent trouver des recommandations

Créé en collaboration avec les ingénieurs de Facebook, le «Center for Emotional Intelligence» de l'Université de Yale et l'association e-Enfance, le portail apporte «une aide à tous ceux qui souhaitent prévenir et lutter contre le harcèlement: victimes ou témoins de ce type de situations, qu'elles surviennent en ligne ou non».

6% des élèves en France disent être victimes de cyberharcèlement

En octobre 2012, Gautier, 18 ans, s'est pendu. Ce Brestois était la victime d'un odieux chantage sur Facebook. Une jeune fille rencontrée virtuellement sur le site Chatroulette lui demandait 200 euros en échange de quoi elle ne diffusait pas une vidéo sur laquelle le jeune homme apparaissait nu. Dépassé psychologiquement par les événements, Gautier avait décidé de mettre fin à ses jours.

En France, 6% des élèves disent être victimes de cyberharcèlement, selon des chiffres cités par Catherine Blaya, cofondatrice de l'Observatoire international de la violence scolaire, dans son essai «Les ados dans le cyberespace, Prises de risque et cyberviolence». Davantage touchés par les humiliations ou brimades ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant