Facebook renonce à censurer la photo de la Vietnamienne au napalm

le
0
Facebook renonce à censurer la photo de la Vietnamienne au napalm
Facebook renonce à censurer la photo de la Vietnamienne au napalm

Tirant les conséquences d'une polémique remontée jusqu'au sommet du gouvernement en Norvège, Facebook est revenu vendredi sur sa décision controversée de censurer la célèbre photo d'une petite Vietnamienne nue brûlée au napalm.Facebook s'était attiré d'intenses critiques en supprimant le cliché, jugé contraire à ses règles sur la nudité, y compris dans une publication de la Première ministre Erna Solberg. C'était le premier cas connu de censure d'un chef de gouvernement sur le réseau social au 1,71 milliard d'utilisateurs.Le groupe américain a finalement dit faire marche arrière pour tenir compte des réactions des internautes et du "statut emblématique et d'importance historique du cliché", selon un porte-parole."Nous avons décidé de rétablir l'image sur Facebook là où nous sommes au courant qu'elle a été retirée. Nous ajusterons aussi nos mécanismes d'examen (des publications sur le réseau) pour permettre le partage de l'image à l'avenir", ce qui devrait être effectif "dans les prochains jours", a précisé ce porte-parole dans un courriel à l'AFP."L'image d'un enfant nu serait normalement supposée enfreindre les règles de notre communauté et, dans certains pays, pourrait même être considérée comme de la pédopornographie. Dans le cas présent, nous reconnaissons l'importance historique et mondiale de cette image pour documenter un moment particulier", a-t-il ajouté.La photo incriminée de l'agence Associated Press, récompensée par le prestigieux prix Pulitzer, montre une fillette nue de neuf ans fuyant sur une route, hurlant de douleur et de terreur, après une attaque au napalm de son village pendant la guerre du Vietnam.Tout était parti de la suppression par Facebook il y a deux semaines d'une publication de l'auteur norvégien Tom Egeland sur le thème des photos de guerre, illustrée notamment par ce fameux cliché.La polémique avait enflé quand des utilisateurs prenant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant