Facebook gagne son procès face au site de rencontres "Fuckbook.fr"

le
0
Facebook gagne son procès face au site de rencontres "Fuckbook.fr"
Facebook gagne son procès face au site de rencontres "Fuckbook.fr"

Facebook a gagné son procès contre "Fuckbook.fr", un site de rencontres pour adultes, exploité par une micro-société parisienne qui se voit interdire par la justice française d'utiliser ce nom, selon un jugement consulté vendredi par l'AFP.Estimant notamment la société exploitant "Fuckbook.fr", qui se définit comme "le premier site de recherche de +Fuckfriends+", tirait indument profit de la notoriété de la marque Facebook, le géant américain avait attaqué l'entreprise et son fondateur.La 3e chambre civile du tribunal de grande instance de Paris a tranché le 19 juin, en faveur de Facebook.Les juges ont estimé que la société française portait effectivement atteinte à la renommée de Facebook et lui ont interdit d'utiliser le terme "Fuckbook" "sous quelque forme que ce soit", sous astreinte de 1.000 euros par jour passé un délai d'un mois à compter de la signification de la décision.Le tribunal a également ordonné le transfert d'une série de noms de domaine fuckbook.fr, fuckbook.net etc... et plusieurs autres variantes, à Facebook, également sous astreinte de 1.000 euros par jour.La société et son fondateur, qui gère seul l'entreprise, ont également été condamnés à verser 15.000 euros de dommages et intérêts à Facebook, qui en réclamait 200.000.Joint par l'AFP, le fondateur de la société parisienne, qui n'a pas souhaité que son nom soit publié, s'est dit "surpris" par cette décision, qu'il trouve "très sévère".Elle doit être exécutée dans un délai d'un mois à compter de sa notification officielle, même en cas appel.Avec les frais de justice, la note s'élève à 19.000 euros. "Je vais devoir liquider la société et stopper toute activité", a affirmé le jeune homme de 28 ans, expliquant que sa structure, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 22.000 euros en 2012, était en pleine croissance."Le rouleau compresseur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant