Facebook et son PDG vendent pour 3,8 milliards de dollars d'actions

le
0
Facebook et son PDG vendent pour 3,8 milliards de dollars d'actions
Facebook et son PDG vendent pour 3,8 milliards de dollars d'actions

Le PDG-fondateur de Facebook Mark Zuckerberg va vendre pour quelque 2,3 milliards de dollars d'actions du réseau social, essentiellement pour des raisons fiscales, mais cela ne réduira que marginalement son influence au sein du groupe.Ces cessions font partie d'une opération plus vaste entamée mercredi de mise sur le marché d'un gros paquet de titres Facebook, qui devrait permettre au groupe lui-même de récolter près de 1,5 milliard de dollars et pourrait le cas échéant lui permettre de financer des acquisitions.Selon un communiqué et un communiqué boursier publiés mercredi par Facebook, l'opération totale porte sur 70 millions de titres.La plus grosse part sera apportée par Mark Zuckerberg: il compte céder 41,35 millions de titres, ce qui au cours de clôture de mercredi soir représente une valeur de 2,27 milliards de dollars.Selon un pointage fait mi-février, Mark Zuckerberg détenait 29,3% de Facebook. Mais son influence au sein du groupe est plus importante car une grande partie de cette participation se compose d'actions préférentielles, dites "de classe B", assorties de 10 droits de vote chacune.Après les cessions de titres annoncées mercredi, le PDG conservera 56,1% des droits de votes au sein du groupe, un peu moins que les 58,8% qu'il avait jusqu'ici, précise Facebook dans son document boursier, consultable sur le site du gendarme boursier américain (SEC).En ajoutant des procurations lui permettant d'exercer les droits de votes d'autres actionnaires, sa part est ramenée de 65,2% à 62,8%.Possibles acquisitionsLe groupe Facebook va lui-même proposer dans le cadre de l'offre 27 millions de titres (représentant 1,48 milliard de dollars au cours de clôture de mercredi), le solde étant apporté par des actionnaires autres que le PDG.Dans son communiqué boursier, Facebook n'exclut pas d'"utiliser une partie des recettes pour des acquisitions d'activités, de technologies ou d'autres actifs complémentaires". Il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant