Facebook et Google rendent plus visibles leurs utilisateurs

le
0
Facebook et Google rendent plus visibles leurs utilisateurs
Facebook et Google rendent plus visibles leurs utilisateurs

Les groupes internet américain Facebook et Google ont modifié certaines modalités de leurs réseaux sociaux respectifs, ce qui va rendre certains de leurs membres et leurs activités plus visibles.Facebook a supprimé une fonctionnalité qui permettait à certains membres de rester cachés du milliard d'autres utilisateurs du réseau, en leur permettant de ne pas apparaître en cas de recherche sur leur nom."Ce réglage a été créé quand Facebook n'était qu'une simple registre de profils", mais fait "apparaître comme cassé parfois" le moteur de recherche interne du réseau, en pleine montée en puissance, a commenté Michael Richter, responsable des questions liées aux données privées de Facebook."Par exemple, les gens trouvaient déroutant d'essayer de trouver quelqu'un qu'ils connaissaient personnellement et de ne pas pouvoir le trouver dans les résultats de recherche", a-t-il expliqué, évoquant aussi le cas de "deux personnes membres du même groupe sur Facebook et incapables de se trouver avec la fonction recherche".Facebook avait annoncé l'année dernière déjà la suppression de cette fonctionnalité pour ses nouveaux membres, mais l'avait maintenue pour une période de transition pour le "petit pourcentage" d'anciens utilisateurs qui l'avait activée.M. Richter a assuré que cela n'aurait pas d'impact pour la protection des données privées des utilisateurs, que Facebook est régulièrement accusé de ne pas suffisamment assurer. "Le meilleur moyen de contrôler ce qu'on peut trouver sur vous sur Facebook est de choisir qui peut voir les choses individuelles que vous publiez", a-t-il commenté.Google a annoncé séparément vendredi qu'il allait commencer à utiliser dans des publicités les photos des membres de son réseau social Google+ et les marques ou endroits qu'ils disent aimer avec le bouton "+1". Il fait valoir que "des recommandations de personnes qu'on ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant