Facebook a failli être un critère d'entrée à Dauphine

le
2
Facebook a failli être un critère d'entrée à Dauphine
Facebook a failli être un critère d'entrée à Dauphine

Couac. Pour mieux découvrir les hobbies et le caractère de ses futurs étudiants, un professeur de la très sélective université Paris-Dauphine a pris une initiative aussi iconoclaste qu'éphémère. Il a demandé aux 59 candidats à son master de gestion de se présenter à l'épreuve orale, la semaine prochaine? avec une copie de leur profil Facebook.

L'enseignant, qui espérait mettre un peu de sel dans le jeu très convenu des entretiens de motivation, a connu une grosse déception. La direction de l'université a fait machine arrière, hier. « L'idée de l'enseignant, qui est par ailleurs un excellent professeur, était naïve et légalement pas acceptable », admet le président de l'université, Laurent Batsch.

Sur le plan du droit, « la règle générale veut que la demande d'informations soit proportionnée et cohérente avec l'objectif que l'on poursuit, expose Paul Hébert, chef des affaires juridiques à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Les recruteurs, par exemple, ne peuvent poser de questions qu'en lien avec le poste pour lequel la personne candidate. Demander à des étudiants leur profil Facebook va au-delà et crée un risque de discrimination, si les informations que l'examinateur recueille ne correspondent pas à ses m?urs. »

Hier, la direction de Dauphine a écrit aux étudiants pour faire son mea culpa. « Quand on fait une connerie, on le reconnaît », affirme Laurent Batsch. La nouvelle soulagera sans doute la soixantaine d'étudiants concernés (sur 6000 candidats aux masters de Dauphine). « Ce serait un peu la panique si un examinateur demandait à voir ma page Facebook, réagit Jessica Ohayon, élève de licence et membre du syndicat étudiant Unef à Dauphine. J'ai beau faire attention à ce que je publie sur les réseaux sociaux, je pense que ce qui y figure est privé. Ce n'est pas sur cette base qu'on doit évaluer un élève. »

C'est pourtant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 29 juin 2013 à 15:59

    Les gamins feraient bien d'être conscients d'arrêter de publier sous Facebook ou autre m..de du style, ça les poursuivra toute leur vie. Que les parents ou les enseignants ne soient pas capables de leur faire comprendre ça, c'est à désespérer. Jamais une info personnelle avec son nom, cré vingt dieu, c'est trop complexe !!!!

  • fbordach le samedi 29 juin 2013 à 15:39

    C'est surement plus facile comme mode de sélection que de rendre une copie sans faute d'orthographe ou de syntaxe voire que d'avoir le bac bradé par les jurys...