Facebook : 19 milliards de dollars pour WhatsApp, le prix du leadership

le
0
Facebook : 19 milliards de dollars pour WhatsApp, le prix du leadership
Facebook : 19 milliards de dollars pour WhatsApp, le prix du leadership

Ce qui ne tue pas rend plus fort. Facebook, semble avoir fait sien ce principe. Le géant américain des réseaux sociaux a payé le prix fort, 19 milliards de dollars (environ 14,5 milliards d'euros) pour racheter l'application mobile WhatsApp. Avec 450 millions d'utilisateurs à la fin de l'année dernière, la petite «appli » qui monte représentait la plus grande menace sur  le marché pour la compagnie de Mark Zuckerberg. 

La nouvelle a surpris de nombreux observateurs en raison de ce prix très élevé de 19 milliards de dollars, en actions et en liquide, que la firme de Mark Zuckerberg est prête à payer pour une appli qui permet en particulier de téléphoner, chatter, envoyer des photos à l'étranger sans surcoûts sur son abonnement. Mais ce rachat est l'ultime preuve de l'ambition et de la volonté Facebook de rester en prise avec les jeunes et d'ancrer son usage sur mobile pour se maintenir au sommet, selon les analystes. «Cela montre la détermination de Facebook à devenir le «prochain Facebook», affirme Benedict Evans, de la firme de capital-risque Andreessen Horowitz.

«La taille de la transaction est vraiment imposante, et cela va faire parler d'une bulle», réagit Greg Sterling, analyste chez Opus Research, soulignant que Facebook prend un risque car «dans les médias sociaux, il y a le truc à la mode, et l'année suivante, ça peut être une autre application». Pour lui, Facebook a accepté de payer un tel prix en réponse «à la frustration (...) de ne pas pouvoir acheter Snapchat», le service de messagerie qui fait un carton chez les adolescents. Le principe de cette messagerie repose sur les statuts éphémères des échanges.  

Ironie du sort : en 2009, le PDG de WhatsApp avait postulé à un poste chez Facebook qui ne l'avait pas retenu. Et il avait connu le même «accueil» chez Twitter. 

WhatsApp founder Brian Acton was rejected by Facebook & Twitter in 2009

His company has been ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant