Face au terrorisme, l'heure est venue de se serrer les coudes

le , mis à jour à 08:13
6
Face au terrorisme, l'heure est venue de se serrer les coudes
Face au terrorisme, l'heure est venue de se serrer les coudes

« L'exemple des croyants dans leur amour mutuel et leur pitié l'un pour l'autre ressemble à l'exemple d'un corps : si un membre du corps sent la douleur, tout le corps souffre de l'insomnie et de la fièvre. » Extrait d'un hadith, récit qui rapporte la parole du Prophète, traitant de la fraternité...

 

Les musulmans auront-ils en tête ces mots demain ? Suivront-ils l'exemple du curé de Saint-Etienne-du-Rouvray, Auguste Moanda, qui s'est rendu vendredi, avec des dizaines de chrétiens, à la mosquée, trois jours après l'assassinat dans son église du père Jacques Hamel par deux hommes se revendiquant de Daech ? Fait exceptionnel, il a même pris la parole lors de la prière : « Je voudrais rassurer mes frères, ce que l'on voit, ce n'est pas le vrai islam. Nous devons nous serrer les coudes. »

 

« Les croyants ne sont que des frères 

 

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) appelle en effet imams et fidèles à rejoindre les catholiques lors de la messe dominicale pour exprimer leur « solidarité et compassion ». Un appel inédit. En janvier dernier, un an après les attentats qui ont frappé le siège de « Charlie Hebdo » et l'Hyper Cacher, le CFCM avait préféré organiser des portes ouvertes dans les mosquées. « Le but est d'initier un dialogue pour mieux se connaître et casser la méfiance », avait alors expliqué son président, Anouar Kbibech. Cette fois, c'est donc au tour des musulmans de franchir le portail des églises chrétiennes. Hier, l'instance représentative du culte musulman avait aussi demandé à l'ensemble des quelque 2 500 mosquées de France de « saisir l'occasion du prêche de la prière » du vendredi, « pour évoquer la place prépondérante qu'occupe dans la religion musulmane le respect des autres religions, ainsi que le respect des hommes de foi qui les portent ».

 

Au même moment, les catholiques répondaient, eux, à une autre invitation lancée mardi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM il y a 4 mois

    Un peu d'imagination, il faut appliquer des mesures dissuasives. Les anglais, lors des émeutes d'été 2011 ont annoncé que les familles dont un membre participe aux exactions seront privées des aides et allocations, et c'était fini. Pourquoi devons nous subventionner les familles qui sont contre notre société ? En cas de deux nationalités la solution s'impose.

  • M363422 il y a 4 mois

    ....une commune solidarité. Une fraternité entre les trois grandes religions du Livre. Et la volonté commune de dire,d'affirmer avec force que non, il ne s'agit en aucun cas d'une guerre de religion, que ceux qui ont commis ce sinistre méfait ne sont pas des musulmans. Qu'ils ne peuvent en rien se justifier en évoquant le Coran

  • M363422 il y a 4 mois

    Pauvres "commentaires" ci dessous, toujours soit dans le déni soit dans l'affabulation. Incompréhension évidente entre les différents types d'attentats. Combien de musulmans ont été tués à Nice, au Bataclan, etc....Des civils eux aussi, des victimes au même titre que les autres. Par contre à Saint-Étienne-du-Rouvray, il s'agit d'un lieu de culte et d'un officiant. dès lors toutes les religions, tous les croyants, tous les officiants se sentent concernés, quoi de plus normal. Ils affirment......

  • M5441845 il y a 4 mois

    Serrer les coudes.... pour ne pas perdre la tête?

  • mlaure13 il y a 4 mois

    frk987...OK...mais on peut trouver un compromis...serrer les fesses, en attendant que ça passe...:-)))

  • frk987 il y a 4 mois

    Vaux mieux se serrer les coudes que les ... ça fait moins mal !!!!