Face au risque de destitution, Rousseff se montre combative

le
0
    BRASILIA, 18 avril (Reuters) - La président brésilienne 
Dilma Rousseff a assuré lundi que le processus de destitution 
enclenché contre elle par les députés était injuste dans la 
mesure où elle n'avait rien commis qui motive pareille mesure, 
et elle s'est montrée résolue à se battre jusqu'au bout pour 
rester à son poste. 
    La présidente a en outre accusé lundi le vice-président 
Michel Temer, qui lui succédera si elle est destituée, de 
comploter contre elle. 
    Après décompte final des votes, 367 députés de la chambre 
basse se sont prononcés dimanche pour la destitution, 137 contre 
et sept se sont abstenus. 
    Il revient désormais au Sénat, en mai, de décider du sort de 
la présidente, accusée d'avoir maquillé les comptes publics pour 
favoriser sa réélection pour un second mandat de quatre ans en 
2014. Si le Sénat décide que la procédure peut se poursuivre, 
Dilma Rousseff, progressivement lâchée par ses alliés ces 
dernières semaines, sera automatiquement suspendue. (voir 
 )  
 
 (Anthony Boadle; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant