Face au risque d'enlèvement, les maternités s'équipent

le
0
Filtrage des visiteurs, vidéosurveillance, ou mise en place de bracelets électroniques : les maternités disposent d'une grande marge de manoeuvre.

Décembre 2002. Une femme de 25 ans enlève un bébé de quatre jours à la maternité de Montfermeil. En 2004, c'est Océane, deux jours, qui est kidnappée à l'hôpital de Vire. Django, un nourrisson de deux jours, est enlevé à la maternité d'Orthez en décembre 2008. Début août, un bébé de trois jours a lui aussi brièvement été enlevé dans une clinique d'Aubervilliers par une femme déguisée en infirmière. Dans la nuit de lundi à mardi, un fait similaire s'est déroulé dans une maternité de Marseille... Non exhaustive, cette liste démontre bien que les enlèvements d'enfants dans les maternités arrivent, même si le phénomène est extrêmement rare: on en dénombre un à deux par an.

Des caméras de surveillance aux bracelets électroniques

Face à ce risque, les maternités réagissent de manière différente: «La seule obligation légale pour les établissements de santé est que le bébé et la mère portent un bracelet», note Anne-Marie Doré, directrice

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant