Face au cyberharcèlement des ados, les parents retournent à l'école

le
0
Face au cyberharcèlement des ados, les parents retournent à l'école
Face au cyberharcèlement des ados, les parents retournent à l'école

Longtemps limité à la cour du collège, le harcèlement des ados a désormais lieu aussi sur internet: pour faire face à ce phénomène en expansion, les formations pour les parents ou les enseignants se multiplient chez les opérateurs et les réseaux sociaux.Mardi, à l'occasion du lancement par le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon de la campagne de prévention et de lutte contre le harcèlement scolaire, un volet important sera consacré à la cyberviolence, une problématique à cheval entre la vie scolaire et la vie privée.Selon les chiffres de l'essai de Catherine Blaya "Les ados dans le cyberespace, Prises de risque et cyberviolence", synthèse mondiale sur le sujet parue en mai, 6% des élèves en France disent être agressés de façon répétée sur le net. On parle alors de cyberharcèlement."C'est un phénomène dont personne ne parlait il y a deux ou trois ans mais qui est en progression", confirme Justine Atlan, présidente de l'association E-Enfance, qui propose une plateforme d'écoute pour les victimes de cyberharcèlement et forme quelque 100.000 élèves par an, essentiellement dans les collèges. "D'après nos propres chiffres sur le terrain et issus de la plateforme, 15% des élèves de collège se disaient harcelés sur internet il y a deux ans, aujourd'hui, on est à 22%", précise celle dont l'association est agréée par le ministère de l'Education nationale.Pour faire face à ce problème et, plus généralement, au fossé qui existe souvent entre des parents nés avant l'apparition d'internet et des adolescents qui maîtrisent sur le bout des doigts web et réseaux sociaux, les formations destinées aux adultes se développent.Paris, début novembre. Au sous-sol d'un immeuble d'Orange, près des Grands boulevards, une dizaine d'adultes font face à un coach. L'opérateur, qui a lancé "le cours des parents" en mars 2012, a déjà formé gratuitement près de 4.000 d'entre eux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant