Face au Brexit, le spleen du vignoble du Chablis

le
2
Face au Brexit, le spleen du vignoble du Chablis
Face au Brexit, le spleen du vignoble du Chablis

En ce mardi ensoleillé, les vignes des coteaux de Chablis sont encore en fleurs. «Les vignes ont une semaine à dix jours d'avance, observe Louis Moreau. Nous aurons des vendanges précoces, donc un vin souple, plus rond, facile à boire, comme en 2015 et 2016.»

 

Sur les 700 000 à 800 000 bouteilles produites chaque année par le domaine Louis Moreau sous appellations petit chablis, chablis, premier cru et grand cru pour un chiffre d'affaires de 5 millions d'euros, 75 % partent à l'export. Dont un quart vers le Royaume-Uni. «C'est notre premier marché», confie Louis Moreau, héritier d'une famille de vignerons du Chablis depuis... 1814.

 

A LIRE AUSSI > 

Le Brexit inquiète les viticulteurs français

 

La baisse de la valeur de la livre sterling et la petite récolte due au gel ont déjà eu un premier impact. «Même si nous avons fait des efforts lors des négociations, notre vin est désormais vendu à 12 livres sterling la bouteille chez Waitrose (NDLR : l'équivalent britannique de Monoprix) et 15 livres sterling chez les cavistes anglais, constate Louis Moreau. Ça se traduit mécaniquement par un ralentissement des ventes. Je vois pointer le - 10 % sur mes ventes l'an prochain. L'année va être compliquée. Nous y maintiendrons probablement un chiffre d'affaires identique, mais notre marge sera plus serrée.»

 

Solution : la montée en gamme

Pour résister, Louis Moreau compte sur la montée en gamme du chablis. «On va essayer de stabiliser nos ventes au Royaume-Uni. On ne va pas se battre pour reprendre les volumes, évalue le viticulteur. Et s'il le faut, nous réaffecterons la production vers d'autres pays plus porteurs, comme les Etats-Unis, en croissance de 10 %.»

 

Même attente vigilante du côté de l'interprofession des vins de Bourgogne. «Sur les trois premiers mois de l'année, la Bourgogne a perdu 18 % de ses volumes et 1 % de la valeur en Angleterre, constate Louis-Fabrice Latour, son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 il y a 6 mois

    Enfin un effet positif du (potentiel) Brexit.. moins de cirrhoses en GB..

  • mxnagg il y a 6 mois

    Ça se traduit mécaniquement par un ralentissement des ventes ??? je payerais cher pour voir le "Mecaniquement" dans la relation de cause a effet. Le mec reflechis en Volume plutot qu'en marge net. Faudrait arreter de gouter sa production en intra-veineuse