Face au « Brexit », la City retient son souffle

le
1
LLes draeaux britanniques et européens à Londres le 18 mai.
LLes draeaux britanniques et européens à Londres le 18 mai.

Les grandes banques basées à Londres veulent rester dans l’Union Européenne mais n’osent pas le dire, par crainte des représailles des partisans du « Brexit ».

LETTRE DE LA CITY Simon Hix, un politologue de la London School of Economics, spécialiste des questions européennes, est complètement débordé ces derniers temps. « Depuis quelques mois, je reçois des dizaines d’appels de grandes banques qui me demandent de venir leur parler des risques du “Brexit”. Elles sont inquiètes, et me demandent : “Qu’est-ce qu’on peut faire pour aider la campagne de ceux qui veulent rester dans l’Union européenne ?” Je leur réponds : “Surtout, ne dites rien.” »

L’anecdote résume bien le dilemme de la City. L’immense majorité des grandes banques, des fonds d’investissement, des intermédiaires financiers de toutes sortes sont contre le « Brexit ». Mais ils n’osent pas trop le dire. Politiquement, une campagne menée par des multimillionnaires risque de ne pas bien passer. La grande finance n’a jamais eu aussi mauvaise presse, et l’entendre défendre l’Union européenne serait sans doute particulièrement contre-productif. « Si ça donne l’impression que le camp du “remain” est une coalition entre Goldman Sachs et GlaxoSmithKline [un grand laboratoire pharmaceutique], ça ne sera pas bon », constate Anand Menon, qui dirige le think tank The UK in a Changing Europe.

Le silence domine dans les banques Le résultat est une étrange timidité, à l’exception de quelques représentants des lobbys organisés. Le patron des politiques de la corporation de la City, Mark Boleat, est de toutes les conférences. TheCityUK, l’autre grand lobby du Square Mile, a expliqué tou...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppsoft il y a 7 mois

    Je redoute que, encore une fois pour le peuple, le "Brexit" soit un espoir déçu. On attend tous qu'il y en ait un qui montre l'exemple.