Face au Brexit, l'Ecosse doit parer à toute éventualité-Sturgeon

le
0
 (Actualisé avec) 
    GLASGOW, Ecosse, 15 octobre (Reuters) - Le gouvernement 
écossais se prépare à toutes les éventualités, notamment à celle 
de l'indépendance, s'il estime que les modalités du départ du 
Royaume-Uni de l'Union européenne se feraient au détriment de 
l'Ecosse, a prévenu samedi la la Première ministre écossaise, 
Nicola Sturgeon. 
    Le 23 juin dernier, lors du référendum remporté par le camp 
du Brexit, l'Ecosse a voté elle à 62% en faveur d'un maintien du 
Royaume-Uni dans l'Union européenne. 
    Pour le Parti national écossais (SNP) de Sturgeon, au 
pouvoir à Edimbourg, ce fossé électoral est une opportunité pour 
remettre sur la table l'option de l'indépendance, rejetée par 
référendum en septembre 2014.   
    "Si le gouvernement britannique insiste pour emmener 
l'Ecosse sur un chemin qui affectera son économie, aura des 
conséquences sur l'emploi, réduira notre niveau de vie et 
endommagera notre réputation de pays ouvert, accueillant (...), 
alors, ne vous faites aucune illusion", a-t-elle déclaré. 
"L'Ecosse doit avoir la possibilité de choisir son avenir." 
    Pour parer à toute éventualité, l'Ecosse a décidé d'ouvrir 
un bureau de représentation commerciale à Berlin a dit Nicola 
Sturgeon. 
    "Créer des emplois, développer l'économie et accroître les 
recettes fiscales: ces priorités doivent être au centre de tout 
ce que nous faisons", devait dire Sturgeon lors de son discours 
de clôture du congrès du SNP à Glasgow. 
    L'Ecosse, devait-elle poursuivre, veut préserver le plus 
d'avantages possibles liés à l'appartenance au marché commun 
européen, même après le départ du Royaume-Uni, et souhaite un 
accord sur mesure avec Londres. 
 
 (Elisabeth O'Leary; Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant