Face à leurs patients, que de discussions...

le
0
Face à leurs patients, que de discussions...
Face à leurs patients, que de discussions...

« J'ai vu mourir du tétanos et de la polio lorsque j'étais externe. Ça m'a un peu sensibilisé. » Pour ce médecin, dont le témoignage a été collecté lors de l'enquête menée par la SFMG, pas de doute. Plus facile de convaincre son patient que l'on ne badine pas avec une injection destinée à se protéger de la diffusion de maladies graves que l'on croit, à tort, évaporées quand on les a vues à l'oeuvre.

 

« Quand j'ai commencé, il y avait encore de la variole se souvient le D r Luc Martinez. Et trois étages de gamins malades de la rougeole à l'hôpital Claude-Bernard à Paris dans les années 1980. Mes internes n'en ont jamais vu. » Diphtérie, tétanos, polio « sont des maladies dont on ne ferait pas le diagnostic aujourd'hui puisque il n'y en a plus. Une polio, je n'en ai jamais vu. Je suis sûr que je passerai à côté », frémit un généraliste, rassuré que ces trois maladies soient à vaccination obligatoire. « Pour le DT polio, je le dis à mes patients, et on ne peut pas être scolarisé si on ne l'a pas. Je n'ai eu personne en 22 ans qui l'ait refusé », assure un confrère.

 

« Je ne dis pas qu'il n'est pas obligatoire »

 

Sur la coqueluche (non obligatoire), celui-là l'avoue, il ne s'embarrasse pas d'explications aux parents : « Puisqu'il est intégré aux autres vaccins, je ne leur dis pas qu'il n'est pas obligatoire. » « Dans une consultation qui dure déjà 30 à 40 minutes avec un bébé, j'explique tous les autres, je n'ai pas encore envie de passer du temps sur la coqueluche. » Pas de grands doutes pour le rougeole-oreillons-rubéole non plus. Certains mettent en avant la responsabilité des parents « quand ils refusent, parce que ça met peut-être d'autres gamins en danger ».

« ç'a été le coup de bambou »

Sur l'hépatite B, en revanche, l'assurance se fissure. La gestion politique d'un vaccin que les autorités sanitaires ont recommandé pour les bébés en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant