Face à la sécheresse, la Californie encadre la désalinisation de l'eau de mer

le , mis à jour à 08:38
0

par Sarah Bernstein SACRAMENTO, 7 mai (Reuters) - Les autorités californiennes ont édicté mercredi les premières règles de désalinisation de l'eau de mer à l'échelle de l'Etat, touché par une sécheresse historique qui en est à sa quatrième année. L'objectif de ces normes fixées à l'ensemble des projets de désalinisation de l'eau du Pacifique est d'exploiter les ressources de l'océan tout en minimisant l'impact sur la vie aquatique. La décision votée à Sacramento par les membres du comité de contrôle des ressources hydriques de l'Etat a été saluée par les entreprises impliquées dans des projets de ce type. "Elle réaffirme que l'océan Pacifique fait partie des ressources en eau potable de l'Etat de Californie", a commenté Scott Maloni, dirigeant de Poseidon Water. Jusqu'à mercredi, il n'existait aucune norme standard au niveau de la Californie. Le processus d'agrément de projets de désalinisation reste de la responsabilité des autorités régionales de Californie mais les opposants pourront saisir le comité de contrôle de l'Etat. Alors que le déficit d'eau qui frappe la Californie depuis 2012 a appauvri les réserves et les nappes phréatiques, dessaler l'eau du Pacifique fait figure de technologie prometteuse. La plus grande usine de désalinisation du continent américain est en cours de construction depuis 2012 à Carlsbad. Ce projet d'un milliard de dollars doit devenir opérationnel en novembre: il devrait, selon Poseidon Water, alimenter le comté de San Diego à hauteur de 190 millions de litres d'eau par jour, correspondant à la consommation de quelque 110.000 foyers, soit 10% de la population du comté. Poseidon développe un second projet d'une taille similaire à Huntington Beach, au sud de Los Angeles, et espère obtenir un permis définitif pour commencer sa construction l'année prochaine. Mais des opposants mettent en avant les risques liés pour la vie marine, notamment une augmentation de la salinité de l'océan par les rejets des usines de traitement, que limite la décision votée par le comité de contrôle des ressources hydriques de l'Etat. Les entreprises auront également l'obligation, quand cela sera possible, de pomper l'eau du Pacifique au moyen de conduites enterrées sous le fond océanique afin de préserver l'environnement aquatique. Selon Heather Cooley, directrice des programmes hydriques au Pacific Institute, un institut non lucratif de recherche, une vingtaine de projets de capacités diverses sont en cours de développement en Californie. (Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant