Face à la "neknomination", jeu de biture en ligne, la riposte vertueuse des internautes

le
0
Face à la "neknomination", jeu de biture en ligne, la riposte vertueuse des internautes
Face à la "neknomination", jeu de biture en ligne, la riposte vertueuse des internautes

Se filmer en buvant de l'alcool, partager la vidéo sur internet et désigner des amis qui auront 24h pour faire de même: face à la "neknomination", nouveau jeu viral sur les réseaux sociaux, des internautes "vertueux" ripostent à coup de bonnes actions, ou "smart nominations".Les vidéos se comptent par milliers sur la toile. Filmés à la va-vite, déguisés, dans un bar, dans leur cuisine ou en maillot de bain, les "nominés" se mettent en scène en buvant des verres de bière ou des bouteilles d'alcool fort, en gobant des oeufs ou ingurgitant toutes sortes de substances. Si l'alcool est omniprésent, la "neknomination", de l'anglais "neck your drink" (boire cul-sec, NDLR), se répand comme une traînée de poudre car elle réunit plusieurs ingrédients favoris du web : l'image et la mise en scène de soi, la viralité des réseaux sociaux à travers les trois personnes désignées, le défi et la culture du "LOL" (l'acronyme pour "laugh out loud" - mort de rire -, ndlr).La "neknomination" serait née en Australie où l'on a pu voir des participants boire de l'alcool en mangeant de la nourriture pour chien, de l'huile de voiture ou des poissons vivants.Au Royaume-Uni, où cinq jeunes seraient morts après avoir bu des pintes d'alcool fort ou de mélanges (vin, whisky, vodka et bière) pour relever le défi, selon les tabloïds anglais, l'affaire est prise au sérieux.Selon la police britannique, au moins trois de ces décès ont un lien établi avec la "neknomination". Elle vient d'ouvrir une enquête judiciaire après la mort, le 8 février, d'Isaac Richardson, la première victime de ce "jeu". - Une bonne action et une bière ! -En France, où le phénomène commence à faire parler de lui, la filière des alcooliers a diffusé ces derniers jours un communiqué pour appeler à la modération."Aucune marque d?alcool ne saurait être impliquée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant