Face à la crise, Mélenchon propose à Attali «l'inflation ou la mort»

le
3
Face à la crise, Mélenchon propose à Attali «l'inflation ou la mort»
Face à la crise, Mélenchon propose à Attali «l'inflation ou la mort»

L'économiste Jacques Attali souhaitait un «débat sérieux et serein» avec Jean-Luc Mélenchon dans l'émission Des paroles et des actes sur France 2. Les échanges sont restés très policés... presque jusqu'à la fin. Alors que le co-président du Parti de gauche exprime la plupart du temps un point de vue hexagonal, l'ancien conseiller de François Mitterrand s'est attaché à lui demander d'élargir sa vision de la crise à l'Europe et au monde.

«Nous sommes au bord du gouffre, la crise est gérée n'importe comment», a déclaré Jean-Luc Mélenchon au début de l'échange. Pour éviter la chute, la solution serait de ne pas rembourser la dette, menace-t-il, jugeant que cette solution a réussi à l'Argentine de Nestor Kirchner. Une option que Jacques Attali ne partage pas, même s'il reconnaît que les emprunts sont rarement honorés par les Etats. Pour solder ces sommes vertigineuses, Mélenchon énumère, en accord avec l'économiste, les autres solutions dont la guerre, la croissance et l'inflation !

«Vous préférez l'inflation ou la mort ? Je préfère l'inflation», questionne et répond l'ancien candidat à la présidentielle. Et d'expliquer que l'inflation est bonne pour les moins de 40 ans mais pas pour des couches de population plus âgées : l'Allemagne est explicitement visée, d'autant qu'elle la redoute depuis la crise des années 1930.

Mélenchon, «l'homme qui prépare la Corée du Nord» selon Attali

Le ton est monté à la fin du temps imparti aux deux hommes. La discussion est revenue sur le non paiement de la dette préconisé par Jean-Luc Mélenchon. «Si vous faites cela, vous condamnez la France à sortir de l'euro», lui a répliqué Jacques Attali, estimant que la politique prônée par le Parti de gauche n'était «pas possible à appliquer à l'échelle française». Sinon ce serait «la Corée du Nord».

«Ça ne vous choque pas», réplique aussitôt Mélenchon en interpellant David Pujadas, le...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rusti13 le vendredi 26 avr 2013 à 09:04

    et dire que quand marine en parle on la siffle

  • illuss le vendredi 26 avr 2013 à 07:57

    que nos "dirigeants" créent eux-même des entreprises dans lesquelles ils feront vivre leurs idéaux si c'est possible.

  • idem12 le vendredi 26 avr 2013 à 07:10

    «Si vous faites cela, vous condamnez la France à sortir de l'euro» il a sans doute voulu dire «Si vous faites cela, vous libérez la France de l'euro» ?