Face à la crise du PC, Intel tente de rebondir dans le mobile

le
0
Face à la crise du PC, Intel tente de rebondir dans le mobile
Face à la crise du PC, Intel tente de rebondir dans le mobile

Le nouveau patron d'Intel Brian Krzanich, aux manettes depuis deux mois, compte mettre les bouchées doubles pour imposer dans le secteur mobile le numéro un mondial des microprocesseurs, plombé par la crise de son marché traditionnel, le PC.Il a assuré mardi, en se livrant pour la première fois à l'exercice d'explication des résultats trimestriels du groupe américain, avoir fait "la plus haute priorité" de "la création des meilleurs produits possibles pour le segment de marché en croissance rapide de l'ultra-mobile"."Intel a été lent à répondre" à cette tendance, a-t-il reconnu lors d'une conférence téléphonique avec des analystes. Mais le groupe a commencé à réagir avec une nouvelle organisation interne décidée en mai, ainsi que "plusieurs changements stratégiques et de priorités", a-t-il souligné.Il entend notamment concentrer davantage ses efforts sur les puces Atom, moins gourmandes en énergie et donc plus adaptées aux smartphones et aux tablettes tactiles, beaucoup plus populaires actuellement auprès des consommateurs que les PC, sur lesquels Intel a bâti sa renommée. Intel peut déjà s'enorgueillir d'une petite victoire le trimestre dernier: le groupe d'électronique sud-coréen Samsung a choisi une de ses puces pour sa tablette Galaxy 3.Cela n'aura toutefois pas suffi à sauver les résultats du deuxième trimestre, qui ont déçu le marché, d'autant qu'ils s'accompagnaient d'un abaissement de la prévision annuelle du groupe américain.Le bénéfice net trimestriel du groupe américain, toujours plombé par la crise sur le marché du PC, a chuté de 29% à 2 milliards de dollars.Le bénéfice par action, qui sert de référence sur le marché, a atteint 39 cents quand les analystes visaient en moyenne 40 cents, et le chiffre d'affaires a reculé plus que prévu, de 5% à 12,8 milliards de dollars. Pour l'ensemble de l'année, Intel s'attend désormais à une stagnation de ses ventes, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant