Face à la colère, l'exécutif fait le dos rond

le
0
Le pouvoir veut dédramatiser la fronde bretonne, qui menace de s'étendre.

Voilà une fronde bretonne, une colère que l'exécutif surveille comme le lait sur le feu, guettant le plus petit signe de contagion à d'autres régions françaises, à d'autres catégories de Français. «On regarde cela avec beaucoup d'attention», admet un proche du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, en première ligne sur le dossier. De ce point de vue, la destruction, lundi soir, de deux bornes écotaxe dans les Landes et dans le Nord n'a rien de très rassurant pour le gouvernement. Tout comme la multiplication des plans sociaux dans l'Hexagone.

Dans ce contexte explosif, le mouvement des «bonnets rouges», sur lequel se greffent toutes sortes de mécontents - du chômeur au petit retraité, de l'agriculteur au patron de PME - et toutes sortes de mouvements - le Medef, le NPA, la FNSEA, FO ou encore le Parti breton -, pourrait au pire faire tached'huile, au mieux s'enkyster en Breta...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant