Face à Borloo, l'UMP hésite entre la carotte et le bâton 

le
0
Le parti présidentiel minimise l'impact de la rupture sur laquelle les radicaux doivent se prononcer lors de leur congrès extraordinaire, les 14 et 15 mai.

Pour conjurer le danger, il faut le reconnaître. À l'UMP, les positions vis-à-vis de Jean-Louis Borloo sont en train d'évoluer à mesure que le leader du Parti radical avance dans son projet... et dans les sondages. Le danger, c'est celui que ferait courir une candidature de l'ancien ministre d'État à la présidentielle en 2012. Selon une étude Harris Interactive-Le Parisien publiée la semaine dernière, Jean-Louis Borloo est crédité de 7 à 10 % au premier tour, quand Nicolas Sarkozy se voit éliminé du second tour par Marine Le Pen et les candidats du PS Dominique Strauss-Kahn, François Hollande ou Martine Aubry.

Au lendemain de sa prestation à «A vous de juger», durant laquelle Jean-Louis Borloo avait précisé ses intentions et ouvert l'hypothèse d'une candidature, la réaction de l'UMP avait été modérée. «Il n'était pas question de lancer un tir de barrage pour lui assurer sa promotion et le victimiser, concède un des dirigeants du parti. Mais il n'est

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant