Fabrice Tourre, l'ex-trader de Goldman, minimise "Fabulous Fab"

le
0
FABRICE TOURRE MINIMISE LES PROPOS TENUS DANS UN COURRIEL
FABRICE TOURRE MINIMISE LES PROPOS TENUS DANS UN COURRIEL

par Nate Raymond

NEW YORK (Reuters) - Fabrice Tourre, l'ancien trader de Goldman Sachs jugé à New York pour fraude, s'est employé jeudi à minimiser le texte d'un courriel au centre de l'accusation et qui, pour lui, n'était qu'un message "bête et romantique" écrit à sa petite amie dans un moment de stress.

Le procès qui s'est ouvert le 15 juillet est le plus important issu de l'enquête de la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme de la Bourse américaine sur les dérives ayant conduit à la crise financière de 2007-2008.

Avant le procès, les avocats du Français avaient tenté sans succès d'empêcher la SEC d'utiliser à charge cet email dans lequel il s'appelle "Fab le fabuleux" et évoque des "monstruosités" pour désigner les placements complexes qu'il a conçus en 2007 et qui sont au coeur de l'accusation.

"C'était un email bête et romantique à ma petite amie de l'époque et j'étais très stressé ce jour-là", a déclaré Fabrice Tourre au deuxième jour de sa déposition au tribunal du district sud de New York.

La SEC accuse l'ex-trader d'avoir conçu début 2007 un produit nommé Abacus et basé sur des dérivés d'emprunts immobiliers à risque ("subprimes"), sans informer les investisseurs que le fonds spéculatif Paulson & Co en avait influencé le contenu du placement et spéculait contre.

Fabrice Tourre dément avoir commis des malversations. Son employeur Goldman Sachs, initialement poursuivi lui aussi pour les mêmes charges, a accepté de payer 550 millions de dollars en 2010 pour solder les poursuites à son encontre, sans reconnaître ou démentir les accusations.

Le courriel au coeur des débats jeudi, et qui a valu à Tourre son surnom de "Fabulous Fab" repris par tous les médias américains, avait été adressé le 23 janvier 2007 à Marine Serres, sa petite amie de l'époque qui travaillait chez Goldman Sachs à Londres.

En français, Tourre disait à propos des marchés financiers : "L'édifice tout entier peut maintenant s'effondrer à chaque instant? Le seul survivant éventuel : le fabuleux Fab, debout, au milieu de toutes ces opérations exotiques, complexes , qu'il créa sans forcément saisir toutes les implications de ces monstruosités !!!»

Matthew Martens, le conseil de la SEC, a demandé si les produits conçus par Tourre étaient des "monstruosités", ce que l'ancien vice-président de Goldman Sachs a démenti.

"Je n'ai pas créé de monstruosités", a-t-il dit, tout en reconnaissant avoir été "plus pessimiste qu'optimiste" sur l'évolution des subprimes.

Nate Raymond, Véronique Tison pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant