Fabrice Albertazzi : "J'ai fait le massage, mais je n'étais pas seul"

le
0
Fabrice Albertazzi : "J'ai fait le massage, mais je n'étais pas seul"
Fabrice Albertazzi : "J'ai fait le massage, mais je n'étais pas seul"

C'est la belle histoire de la Coupe de France. Lors d'une rencontre du premier tour opposant Chavanod à Gavot, un joueur du club local s'est écroulé au sol suite à un malaise cardiaque. Gardien de Gavot, Fabrice Albertazzi est parvenu à réanimer le jeune homme avant l'arrivée des secours. Amoureux du morbier et fan de Grégory Pujol, le Jurassien revient sur son sauvetage.

Lors de la rencontre entre Gavot et Chavanod, un joueur adverse s'est écroulé sur la pelouse. Que s'est-il passé exactement ? On jouait la troisième minute de jeu. Je me trouvais dans mes cages et j'ai vu un joueur de Chavanod s'écrouler au sol. Je n'ai pas vraiment vu ce qui lui est arrivé. J'ai cru qu'il avait pris un coup. Après quelques secondes, j'ai vu qu'il ne bougeait plus et je me suis rapproché de lui. Un coéquipier infirmier dans la vie, Ewan Le Junter, ainsi que le gardien adverse qui est très ami avec le joueur au sol ont fait pareil. Quant je suis venu à son chevet, je me suis rendu compte qu'il faisait un malaise cardio-vasculaire. Il était vraiment mal. J'ai donc enlevé mes gants et j'ai entamé un massage cardiaque.
T'as une formation ou t'y es allé à l'instinct ? Je suis pompier volontaire depuis 5 ans. Je connais la chaine du sauvetage et quand je me suis approché de Robin, le joueur qui a fait le malaise, j'ai expliqué aux autres joueurs ainsi qu'aux arbitres ce qu'il convenait de faire. C'était important de le faire afin de rassurer tout le monde car nous étions inquiets. J'ai donc entamé le massage cardiaque sous le regard d'Ewan. Je crois que ça a bien duré 40 secondes. Il s'est remis à respirer et il a finalement repris conscience. Et plus important, il était lucide. Les pompiers sont finalement arrivés et se sont occupés de lui.
Si tu n'avais pas réagis, il serait certainement mort, non ? Sans prise en charge immédiate dans un cas pareil, les chances de mourir sont élevées. Si on n'avait pas pratiqué les premiers secours, il serait peut-être mort. Certes, j'ai fais le massage, mais je n'étais pas seul. Il y avait le gardien adverse qui veillait sur Robin et Ewan qui était derrière moi pour s'assurer de ce que je faisais. C'était la première fois que je pratiquais un massage de ce type en dehors d'un exercice d'entraînement. Je me suis appuyé sur mes formations et j'ai eu la chance d'être bien entouré.
Tu as des nouvelles de Robin ? Oui, son papa m'a appelé pour me donner des…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant