Fabri : "L'OM va peut-être recruter un autre gardien, qui sait ?"

le
0
Fabri : "L'OM va peut-être recruter un autre gardien, qui sait ?"
Fabri : "L'OM va peut-être recruter un autre gardien, qui sait ?"

Si Steve Mandanda, le meilleur joueur de l'OM cette saison, a annoncé son départ, le poste de gardien est paradoxalement le plus petit chantier de l'équipe marseillaise au mercato. Parce qu'il y a déjà Yohann Pelé, qui se prépare depuis un an, mais aussi le produit du centre, Julien Fabri, qui sort d'une saison pleine en Ligue 2 à Bourg-en-Bresse. Interview.

Commençons par ce match fou au Havre. Pour la dernière journée en championnat avec Bourg-en-Bresse, tu perds 5-0, mais tu empêches les Normands de monter en Ligue 1.
En début de match, le coach nous a dit qu'on ne jouait rien. On n'était pas en vacances, mais on ne l'abordait pas de la meilleure des manières. Ceci dit, on ne voulait pas passer pour une équipe qui fait des cadeaux. On savait que le stade allait être rempli, qu'ils allaient avoir la bave aux lèvres, et on prend un but au bout de cinq minutes. Là, ça s'enchaîne, un deuxième, puis un carton rouge rapidement... On a fait ce qu'on pouvait, mais c'était compliqué.

Du coup, les Messins ont dû te remercier pour tes arrêts de fin de match, car un sixième et ils devaient laisser la troisième place au Havre.
J'en avais déjà pris cinq. Ça va... Quand t'es gardien, ce n'est pas le genre de situations que tu affectionnes. À la fin du match, je vais pour regagner le vestiaire, et certains joueurs du Havre me disent en rigolant que je fais chier, que je les prive de montée. Sur le coup, je les regarde bizarrement, limite énervé, parce que j'étais encore sous le coup de m'en être pris cinq. Leur histoire, ça me passait bien au-dessus.

Tu t'es imposé à Bourg-en-Bresse, dans un groupe qui a peu changé. C'était pas trop dur de s'intégrer ?
J'étais venu faire un essai de deux jours. Ça a fait la différence parce que quand j'ai signé, je connaissais tout le groupe. Ça n'a pas posé de soucis. Les soucis, c'était dans ma tête. C'est la première fois que je quittais le cocon familial, que je partais de Marseille. Et il suffit de voir la tête de tes potes quand tu leur dis que tu vas à Bourg pour cogiter. L'intégration dans le groupe, je savais que ça allait se passer plus naturellement que le fait de vivre seul.

« En début de saison, il y avait quand même des articles qui se demandaient si on allait réussir à gagner un match ! Au final, on n'a jamais été inquiétés, on n'a jamais vraiment joué le maintien. »Julien Fabri

Tu as pris tout de même la place de Callamand, le gardien "historique".
Ça…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant