Fàbregas tire sur les Foxes

le
0
Fàbregas tire sur les Foxes
Fàbregas tire sur les Foxes

Mené 2-0 dans un match marqué par les errements défensifs, Chelsea a trouvé les ressources pour revenir au score en deux temps trois mouvements. Fàbregas a terminé le boulot en inscrivant un doublé durant la prolongation.

Leicester City FC 2-4 Chelsea FC

Buts : Okazaki (17e et 34e) pour Leicester // Cahill (45+2), Azpilicueta (49e) et Fàbregas (92e, 94e) pour Chelsea

On croyait son passage à Chelsea terminé. Mort. Anéanti. Après avoir éclaboussé la saison 2014-2015 de son talent grâce à d'innombrables passes décisives, Cesc Fàbregas en avait fini avec les Blues. Exténué la saison dernière, invisible depuis le mois d'août, son destin s'inscrivait loin, très loin de l'équipe de Conte, qui ne comptait plus franchement sur lui, malgré les beaux discours. Et puis, ce match de League Cup est arrivée. Comme une minuscule part de gâteau qu'il faut savoir croquer pour continuer à vivre.

Pendant 90 minutes, l'Espagnol n'a pas sorti les crocs et n'a pas franchement saisi sa chance. Heureusement pour lui, la rencontre a duré plus longtemps que prévu. Et sa patte droite a enfin parlé. Muette depuis beaucoup trop longtemps, elle a transpercé les filets deux fois, pendant la prolongation, alors que les Blues et Leicester étaient à égalité et rivalisaient de médiocrité en défense. Cesc, trop talentueux pour cette soirée, a donc choisi de faire parler la poudre. Et de rappeler à tout le monde qu'il était encore vivant. De rappeler à son entraîneur qu'il valait autant que les titulaires habituels.

Le smile d'Okazaki


Dans les premières minutes, c'est pourtant Pedro qui impressionne. Lui qui n'a rien fait depuis deux ans et demi semble retrouver ses jambes. Après tout, la League Cup sert à ça : faire jouer les coiffeurs et redonner de la confiance aux potentiels titulaires qui en manquent. Du coup, les deux équipes font tourner, avec des joueurs comme Fàbregas, Moses, Batshuayi, Schlupp ou Chiwell alignés d'entrée. Sauf que les conséquences sont parfois facheuses pour les yeux.

Après une boulette de Cahill - une de plus en ce début de saison difficile pour lui - et un penalty non sifflé de chaque côté, Begović se met au niveau de son défenseur central en laissant Okasaki inscrire un but tout moche. Leicester prend donc l'avantage. Un peu par hasard ? Non, seulement par réalisme. La preuve avec le retour du sourire…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant