Fabius quitte le gouvernement pour présider le Conseil constitutionnel

le
0
Fabius quitte le gouvernement pour présider le Conseil constitutionnel
Fabius quitte le gouvernement pour présider le Conseil constitutionnel

Laurent Fabius s'apprête à rejoindre la rue de Montpensier. Le ministre des Affaires étrangères devrait être nommé à la présidence du Conseil constitutionnel par François Hollande qui, selon un participant, l'a annoncé en conseil des ministres ce mercredi. En réalité, Fabius ne quittera pas totalement le Quai d'Orsay, puisqu'il y gardera un bureau comme président de la COP21, chargé pour quelques mois encore de suivre les négociations climatiques sous l'égide de l'ONU.

Comme on lui demandait s'il s'agissait de son dernier Conseil des ministres, le patron du Quai d'Orsay a répondu : «Oui», avant de s'engouffrer dans sa voiture et de quitter l'Elysée. Toutefois, «tant que Laurent Fabius n'a pas passé l'ensemble des auditions dans les différentes commissions de l'Assemblée et du Sénat, il reste ministre de ce gouvernement», a précisé le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

QUESTION DU JOUR. Laurent Fabius a-t-il été un bon ministre des Affaires étrangères ?

Fabius a ensuite participé à ses dernières questions au gouvernement, à l'Assemblée. L'occasion pour le Premier ministre et les députés de gauche, qui l'ont applaudi debout, de lui rendre hommage. Le futur Sage en a, pour sa part, profité pour adresser un dernier message en fustigeant la «brutalité effrayante» de Bachar El Assad et la «complicité de la Russie et de l'Iran» avec le régime syrien. 

Le départ de Laurent Fabius du Quai d’Orsay en 6 questions

VIDEO. Fabius : «J'ai dirigé la diplomatie française avec fierté»

VIDEO. Valls «salue le parcours» de Fabius sous les applaudissements de la gauche

Ancien Premier ministre (1984-1986), patron de la diplomatie française depuis mai 2012, Laurent Fabius va donc remplacer Jean-Louis Debré dont le mandat de neuf ans s’achève à la présidence du Conseil constitutionnel. Il y retrouvera notamment l'un de ses rivaux historiques au sein du PS, Lionel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant