Fabius : «La priorité, c'est un gouvernement de transition à Damas»

le , mis à jour à 07:36
5
Fabius : «La priorité, c'est un gouvernement de transition à Damas»
Fabius : «La priorité, c'est un gouvernement de transition à Damas»

Le patron du Quai d'Orsay préside aujourd'hui à Paris une conférence de l'ONU sur les minorités ethniques persécutées par Daech.

Un an après la constitution d'une coalition internationale contre Daech en Irak et en Syrie, le groupe terroriste semble toujours aussi actif sur le terrain. Comment lutter plus efficacement ?

LAURENT FABIUS. Pour éradiquer ces terroristes, il faut notamment redonner aux Syriens une perspective politique. Il est donc prioritaire d'accélérer les négociations pour installer à Damas un gouvernement de transition, composé à la fois d'éléments du régime et d'éléments de l'opposition modérée, sans la domination de Bachar. Ce qui alimente Daech, c'est le chaos et le désespoir dont Bachar al-Assad porte la responsabilité en Syrie. Tant que la transition ne sera pas en marche, les efforts nécessaires de la coalition ne seront pas suffisants.

François Hollande a annoncé que la France pourrait désormais frapper en Syrie...

Oui. Car en même temps, il faut être militairement actifs, puisque Daech nous menace gravement. Depuis des mois, nous nous mobilisons pour lutter contre la radicalisation, pour remonter les filières terroristes qui nous menacent, pour identifier et surveiller les individus qui, depuis la Syrie ou sur notre territoire, voudraient perpétrer des attentats en France. Nous devons amplifier cet effort. C'est le sens des décisions annoncées hier par le président de la République : nous renforçons notre capacité de renseignement par des vols de reconnaissance, pour nous mettre en mesure de frapper, si la situation le justifiait.

Selon notre sondage publié dimanche, 61 % des Français sont favorables à une intervention militaire au sol. N'est-ce pas la seule solution pour se débarrasser de l'EI ?

Pour mener une telle opération il faudrait plusieurs dizaines de milliers d'hommes, avec probablement de lourdes pertes. Et pour quel résultat ? Pensons aux précédents de l'Irak ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4369955 le mardi 8 sept 2015 à 09:22

    On a viré Saddam en Irak, Kadafi en Libye, Ben Ali en tunisie, Assad en Syrie, au prix de milliers de morts dans chacun de ces pays pour un résultat catastrophique.Une seule règle que les Américains et leurs toutous que nous sommes auraient du respecter : le principe de non ingérence !

  • charleco le mardi 8 sept 2015 à 09:17

    61% de Français favorables aux frappes! Tiens donc! On ne sait même pas quel genre de frappes, et quels seraient les objectifs. Pour l'instant, la France se trompe d'adversaires et d'ennemis. C'est un comble!

  • charleco le mardi 8 sept 2015 à 09:15

    la priorité, c'est de botter les fesses à cet agent d'Israël, Bachar vaut mieux que lui : il ne soutient pas Al-Qaïda, contrairement au gouvernement Français. Bachar est un président élu, la France n'a pas à intervenir contre lui. La France et l'Europe se sont laissées piéger par les USA et l'OTAN, elles persistent et signent.

  • M8869453 le mardi 8 sept 2015 à 09:13

    Fabius se moque des réfugiés. Ce qui l'obsède depuis le départ c'est de faire tomber Assad... par ailleurs largement élu par son peuple... allez comprendre !

  • jcarre14 le mardi 8 sept 2015 à 08:17

    La priorité c'est d'écraser les barbares point