Fabius : «L'Iran s'engage à renoncer à la perspective de l'arme nucléaire»

le
1
Fabius : «L'Iran s'engage à renoncer à la perspective de l'arme nucléaire»
Fabius : «L'Iran s'engage à renoncer à la perspective de l'arme nucléaire»

De retour de Genève, après avoir signé dans la nuit de samedi à dimanche un accord historique sur le nucléaire iranien, Laurent Fabius l'a promis sur Europe 1 : « L'Iran s'engage à renoncer à la perspective de l'arme nucléaire. C'est clair et c'est net». Après dix ans de crise diplomatique, de sanctions économiques, et de négociations ardues dans les derniers jours, les diplomates iraniens et le groupe des «5+1» (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine et Allemagne), sont finalement parvenus à un compromis sur le programme nucléaire controversé de Téhéran.

Téhéran s'engage ainsi à ne pas enrichir de l'uranium à plus de 5% pendant six mois, à neutraliser le stock à 20% et à ne pas se doter de nouveaux sites d'enrichissement. En contrepartie, les Occidentaux vont lever certaines sanctions financières et commerciales «dès le mois décembre». Selon le ministre français des Affaires étrangères, deux termes «fondamentaux» ressortent de cet accord : «avancée» et «vigilance». Vigilance, car «on n'est pas au bout du processus. Il faudra à chaque instant contrôler ce processus», a déclaré le patron du Quai d'Orsay, précisant que «nous avons six mois pour vérifier cela.»

Un «accord définitif» si tout le monde tient ses engagements

Or, des dissensions apparaissent déjà. Alors que le groupe des «5+1», n'a cessé de dire dimanche que l'Iran avait accepté le principe de l'arrêt de son programme d'enrichissement d'uranium, Téhéran a proclamé au contraire que «ce droit» était préservé. «Ce qui est garanti de part et d'autre, c'est un programme d'enrichissement dans des termes mutuellement convenus», a tranché le ministre des Affaires étrangères, rompu au langage diplomatique.

Mais cette signature n'est qu'un premier pas, rappelle Laurent Fabius. L'objectif, à terme, si les deux parties tiennent leurs engagements, est d'atteindre «la deuxième étape», qui est la signature ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le lundi 25 nov 2013 à 09:58

    Le croyais moins naïf que ça quand même !